Mercato

Et si l’identité du futur sélectionneur des Diables s’était jouée lors d’un anonyme match de Ligue 1  ? En voyant ses Bordelais s’incliner en fin de match contre Caen grâce à des buts de deux anciens de Pro League, Ivan Santini et Ronny Rodelin, Jocelyn Gourvennec a sans doute vécu son dernier match à la tête des Girondins. Où un nom revient avec insistance pour lui succéder : celui de Michel Preud’homme.

Depuis son départ de Bruges, le technicien passe la majeure partie de son temps dans la région et les dirigeants bordelais avaient déjà songé à lui il y a dix-huit mois. “On doit se mettre d’accord avec quelqu’un avant de se séparer de Gourvennec. Rien n’est acté concernant Jocelyn mais on doit réfléchir”, a tempéré sur RMC Sport le président Stéphane Martin.

“Je ne suis pas au courant. Soyons prudents”, a éludé dans L’Équipe Nicolas de Tavernost. Le président du directoire de M6, actionnaire majoritaire du club, doit passer la journée de jeudi au Haillan, ce qui pourrait accélérer les choses dans un dossier où les prétentions financières de MPH (200.000 euros par mois sont évoqués) sont importantes alors que des plans B (Elie Baup, un autre coach étranger) sont aussi à l’étude.

Si la tendance du moment va à un engagement de 2,5 ans de l’ancien gardien qui pourrait être accompagné d’un certain Emilio Ferrera, elle va aussi totalement rebattre les cartes de la succession de Roberto Martinez dont le contrat expire après le Mondial. Preud’homme en était l’immense favori, le seul technicien belge ayant la légitimité pour ce poste. Qui a donc de fortes chances d’échoir à un entraîneur étranger.

Récemment, Louis Van Gaal a avoué dans les colonnes du Nieuwsblad qu’il aurait “aimé entraîner les Diables” et un vrai flou demeure sur les intentions du Batave de poursuivre ou non sa carrière. Rudi Garcia, Dick Advocaat, Ralf Rangnick, tous candidats malheureux à l’époque, sont actuellement en poste. Ce qui n’est pas le cas de profils comme ceux de Laurent Blanc, Frank De Boer ou André Villas-Boas qui pourraient à nouveau être intéressés par un poste qui reste forcément attrayant malgré le renouvellement de génération qui s’annonce.