Football Les Français ont déjà joué deux demi-finales de C 1 sans atteindre la finale

MONACO A l'instar du Deportivo La Corogne, Monaco est l'invité qu'on n'attendait plus au stade des demi-finales de la plus prestigieuse de Coupes d'Europe. Après s'être inclinés 4-2 au Stade de Santiago Bernabeu de Madrid, on voyait mal comment les Français allaient encore pouvoir se qualifier pour la troisième demi-finale de leur histoire après celle de 93-94 et de 97-98. Pourtant, emmenés par un Ludovic Giuly des grands soirs et un Fernando Morientes remonté contre ses anciens coéquipiers, les Monégasques sont parvenus à créer l'exploit face au grand Real en l'emportant 3-1 dans leur stade Louis II.

Ils ont donc obtenu le droit d'affronter Chelsea, une autre formation composée de nombreuses stars. Six ans après sa précédente demi-finale, Monaco revient dans le dernier carré de la C 1. L'heure des retrouvailles pour Didier Deschamps: à ce stade, en 97-98, les Français s'étaient, en effet, inclinés contre la Juventus Turin de l'actuel entraîneur de Monaco, alors encore meneur de jeu dans l'équipe italienne où il disputa 124 matches. L'ancien international qui, de surcroît, retrouve une autre de ses anciennes équipes, Chelsea, où il joua une saison en Premier League, en 99-2000. Il croisera enfin la route de son ex- complice de l'équipe de France, Marcel Desailly, défenseur des Blues, avec qui il remporta, notamment, la Coupe du Monde en 1998.

Match à guichets fermés

Forts de données on ne peut plus précises sur leur futur adversaire, les Monégasques sont pratiquement dans l'obligation de faire la différence dès ce soir, à domicile, puisqu'ils ont le désavantage de se déplacer à Stamford Bridge pour le match retour. Les Principautaires peuvent cependant se montrer confiants puisqu'ils ont déjà forgé deux exploits près du Rocher depuis le début de la compétition européenne: avant les Espagnols du Real, c'est ceux du Depor qui avaient subi la loi des Français (8-3) dans le stade Louis II. Les supporters, conscients de l'importance de l'enjeu, ont répondu en masse et la rencontre se disputera à guichets fermés dans le petit stade de seulement 20.000 places.

Face à la pléiade de stars londoniennes, Monaco opposera un cocktail de joueurs certes moins médiatisés mais sans doute aussi rigoureux. Dimanche, 19 joueurs sont partis en stage à Sophia-Antipolis. Ils ont regagné la Principauté de Monaco hier, en fin d'après-midi. A l'exception du défenseur Sébastien Squillaci, toujours en convalescence après un claquage aux ischio-jambiers, Didier Deschamps dispose de tous ses joueurs, au premier rang desquels Fernando Morientes, meilleur buteur de C 1 (7 buts), Dado Prso, un de ses dauphins (6), le capitaine Ludovic Giuly ou Shabani Nonda, revenu de blessure.

«Mes joueurs ont réalisé quelque chose d'exceptionnel en éliminant le Real, commente l'entraîneur monégasque. Contre Chelsea, nous jouerons notre chance à fond et nous avons la ferme intention d'arriver à cette finale. Le match du Real, c'est un match référence. Nous devons nous appuyer dessus, nous inspirer de ce que nous avons été capables de faire, puiser des énergies insoupçonnables, et après, tout est permis.»

Pour imiter Marseille, seul club français à avoir remporté le prestigieux trophée... en 1993!

Le noyau: Roma, Sylva, Biancarelli; Givet, Evra, Ibarra, Rodriguez, El-Fakiri, Oshadogan; Rothen, Giuly, Bernardi, Cissé, Zikos, Plasil; Morientes, Adebayor, Nonda, Prso.

© Les Sports 2004