Football

"Nous ne sommes pas une génération en or, mais nous sommes unis", a déclaré Harry Kane, le capitaine de l'Angleterre qui doit rallier mardi la Russie où elle tentera de remporter son second Mondial après 1966. 

"On s'entend tous très bien, il n'y a aucune division dans l'équipe", assure dans la presse anglaise l'attaquant de 24 ans, faisant référence aux divisions de la génération dorée des Rio Ferdinand et Steven Gerrard qui n'a pas réussi, malgré son talent, à mettre fin à la disette des 'Three Lions' en raison des rivalités entre joueurs des différents clubs anglais.

Pour Kane "il est important de se battre pour son club pendant la saison, mais en sélection, il faut jouer comme une équipe et oublier tout le reste".

Désormais, donc, la priorité, c'est l'Angleterre et pas les clubs: "la Coupe du monde, c'est la compétition que tout le monde veut gagner, c'est la priorité numéro 1. Bien sûr que j'adorerais tout gagner avec Tottenham, mais la Coupe du monde surpasse tout".

Deux ans après une élimination prématurée en 8es de finale de l'Euro par l'Islande, beaucoup de choses ont changé dans la sélection anglaise à commencer par le sélectionneur, Gareth Southgate qui a succédé à Roy Hodgson. "Je suis confiant, ça ne se reproduira pas", a ajouté Kane, qui attaque la Coupe du monde l'esprit tranquille après avoir prolongé son contrat (six ans) avec Tottenham.

L'Angleterre entrera en lice le lundi 18 à Volgograd face à la Tunisie (20h00), avant de rencontrer le Panama (le 24 juin à Nijni-Novgorod à 14h00) et la Belgique (le 28 juin à Kaliningrad à 20h00) dans le groupe G.