Mondial 2018 Les mémoires de certains Français sont encore meurtries par le nom de Kostadinov, le bourreau des Bleus de 1993

Nous sommes le 17 novembre 1993. La France reçoit la Bulgarie au Parc des Princes pour sa dernière chance de qualification pour la Coupe du Monde 1994 aux États-Unis. Le marquoir affiche 1-1, il ne reste plus que 20 secondes dans le temps réglementaire. Les Bleus possèdent virtuellement leur ticket pour le Mondial... jusqu’à ce que…

David Ginola joue un coup franc à proximité du poteau de corner en zone offensive avec un long centre vers le grand rectangle. Mais le ballon arrive dans les pieds d’un Bulgare. Trois passes et treize secondes plus tard, le portier français Bernard Lama était fusillé d’une frappe monstrueuse signée Emil Kostadinov. Le Mondial passait sous le nez des Bleus.

Vingt-quatre ans plus tard, le nom de Kostadinov revient sur le maillot de l’équipe bulgare face aux Bleus. Georgi, milieu défensif de 27 ans, ne possède aucun lien de parenté avec son illustre homonyme et n’est pas aussi redoutable. Le joueur du Maccabi Haïfa (Israël) est seulement en train de s’imposer en sélection. Sa première cape internationale remonte au… 7 octobre 2016 face à… la France.

Georgi Kostadinov a en tout cas le don de faire remonter de douloureux souvenirs au peuple français. De quoi terroriser les joueurs de Didier Deschamps ? "Kostadinov ? Je ne connais pas, ça ne me dit rien", a sourit en conférence de presse Kylian Mbappe, né cinq ans après le désastre de 1993. "Il n’y aura pas de fantôme dans mon esprit."

Sur le terrain à l’époque, il y avait en revanche bien un certain Didier Deschamps. "Ce n’était pas du tout le même contexte", souligne le sélectionneur français qui aura tout de même l’esprit revanchard. "Le match n’était pas là-bas, c’était le dernier… Je l’ai déjà dit, ça reste une page bien triste et bien noire de l’histoire du football français. C’est la pire, oui, mais je ne vais pas m’attarder dessus, ça remonte…"

Les Français, actuels premiers du groupe A avec 1 point de plus que la Suède, pourrait cette fois-ci obtenir leur qualification chez les Lions bulgares. Pour cela, une seule solution : que la France gagne et que la Suède perde face au Luxembourg, ce qui semble peu envisageable. Les Bleus risquent donc de devoir attendre la 10e et ultime journée des qualifications mardi avec la réception de la Biélorussie. Le but étant de faire au moins aussi bien que les Suédois dans ces deux derniers matches.