Mondial 2018 La Pologne s’apprête à retrouver la Coupe du Monde grâce au talent de son buteur.

Les Polonais sont presque en Russie. Après une campagne conjuguée au presque parfait, les joueurs d’Adam Nawalka n’ont plus qu’à assurer le coup lors du dernier match. Un point suffira aux Polonais, lors de la réception du Monténégro, pour valider leur ticket pour la Coupe du Monde. Ils retrouveraient ainsi le Mondial pour la première fois depuis 2006.

Après un début de campagne timide, marqué par un match nul 2-2 au Kazakhstan, les Polonais ont remporté sept de leurs huit rencontres. Une série juste entachée par une lourde défaite 4-0 au Danemark, début septembre.

La Pologne peut donc se qualifier pour sa deuxième compétition internationale de suite, après l’Euro 2016. Un exploit qu’elle n’a réussi qu’une fois avec l’enchaînement Mondial 2006-Euro 2008. Preuve que les Polonais sont en passe de changer de dimension.

"On a encore du travail à faire et l’équipe n’est pas encore qualifiée pour la Coupe du monde 2018", prévenait Adam Nawalka avant le déplacement en Arménie le 5 octobre.

Un match que les Polonais ont survolé 6-1 pour se rapprocher encore un peu plus de la Russie.

Robert Lewandowski a bien sûr été le principal artisan de cette raclée. L’attaquant du Bayern, auteur d’un triplé, a encore été le fer de lance de l’attaque polonaise. Comme lors de toute la campagne de qualification où il a inscrit 15 des 24 buts de son équipe.

Mais ceux inscrits face à l’Arménie ont eu une portée hautement symbolique. Aux 18e et 25e minutes, il en a d’abord profité pour inscrire ses 48e et 49e buts en sélection. Ce qui lui a permis d’égaler puis de battre le record de Lubanski. Puis, à la 64e minute, il a inscrit son 15e but lors de cette campagne, devenant du même coup le recordman de buts en phase de qualification européenne pour une grande compétition.

Mais Cristiano Ronaldo rode et la concurrence est particulièrement rude dans la chasse à ce record. Robert Lewandowski est donc dans l’obligation de marquer face au Monténégro. Le peuple polonais n’en attend pas moins de lui.