Mondial 2018

Le groupe de musique punk russe Pussy Riot a revendiqué la responsabilité de la brève invasion du terrain à la 52e minute de la finale de la Coupe du monde de football, dimanche à Moscou. Il entendait protester contre l'oppression politique en Russie. Le président russe Vladimir Poutine était présent au stade pour assister à la rencontre. 

Quatre personnes, vêtues de ce qui semblait être d'anciens uniformes de la police russe, sont montés sur la pelouse. Alors que plusieurs d'entre elles se sont approchées de joueurs croates l'une d'elle a échangé un "high-five" avec l'attaquant français Kylian Mbappé. Le score était encore de 2-1 au moment de l'incident. Les quatre intrus ont été rapidement appréhendés.

Pussy Riot a publié une déclaration sur Twitter et Facebook peu de temps après, dans laquelle il déclarait que quatre de leurs membres étaient montés sur le terrain. Elle se terminait par une liste de revendications. "Libérez tous les prisonniers politiques" et "Stop aux arrestations illégales sur les rassemblements."

Ils ont également appelé le Kremlin à "permettre le pluralisme politique en Russie."

L'actuel président, Vladimir Poutine, est au pouvoir, comme président ou Premier ministre, depuis 1999. Il a été réélu à la présidence lors d'une victoire écrasante en mars.

Pussy Riot a déjà fait la une des journaux après avoir critiqué ouvertement Poutine dans leurs performances publiques. Pour cette raison, deux membres ont été emprisonnés en 2012, provoquant un scandale mondial.