Mondial 2018

Le Nigeria est devenu le premier pays de la zone Afrique à se qualifier pour le Mondial-2018 en Russie, à la faveur de son succès contre la Zambie 1-0, samedi.

Les "Super Eagles" étaient dans un groupe de la mort avec le Cameroun et l'Algérie, qui, comme la Zambie, ne verront donc pas la Russie l'été prochain.

Il reste encore quatre places à prendre en Afrique pour la Coupe du monde. Le Nigeria est le 12e qualifié pour le Mondial-2018 (32 participants au total).

L'Egypte, qui accueille le Congo dimanche, aura une belle occasion de rejoindre le Nigeria, coaché par le Franco-Allemand Gernot Rohr. Un succès suffira aux "Pharaons" après le nul (0-0) entre l'Ouganda et le Ghana samedi dans le groupe E.

La France assurée d'être au minimum barragiste

La France, en s'imposant en Bulgarie (0-1) s'est assurée de terminer au minimum deuxième avant la dernière journée des qualifications. Les "Bleus" ne peuvent plus être rejoints par les Pays-Bas, malgré leur victoire en Biélorussie (1-3).

Dans le groupe A, la Suède avait mis la pression sur la France en battant lourdement le Luxembourg (8-0) en début de soirée. Les troupes de Didier Deschamps ont toutefois rapidement pris l'avantage grâce au joueur de la Juventus Blaise Matuidi (3e) pour ne plus lâcher la victoire qui leur permet de reprendre la tête. Les Pays-Bas (16 points), malgré leur victoire 1-3 sur la pelouse de la Biélorussie, ne peuvent plus terminer premiers et devront battre la Suède (19 points) lors du dernier match décisif. La France (20 points) devra assurer sa première place à domicile face au Belarus.

Seulement 3e du groupe A dominé par la France, les coéquipiers de Robben recevront mardi la Suède, le dauphin potentiellement barragiste donc, qui compte trois points d'avance et une bien meilleure différence de buts. Tellement d'ailleurs que pour réaliser l'improbable miracle, les Pays-Bas, déjà absents lors de l'Euro 2016, devront s'imposer 7-0 pour doubler les Scandinaves.

Quelques heures avant le match des Néerlandais, les Suédois avaient assommé 8-0 le Luxembourg, ce qui n'a pas manqué d'étonner le sélectionneur batave Dick Advocaat. "C'est un résultat qui n'existe plus dans le football d'aujourd'hui, a-t-il dit. "Il y a trois semaines, le Luxembourg a décroché un 0-0 en France en défendant à douze derrière (sic)."

Malgré son dépit, le technicien a au moins eu le plaisir de voir ses joueurs répondre présent malgré les absences de leurs maîtres à jouer Wesley Sneijder et Kevin Strootman, blessés. "Nous n'allons pas dire que c'est impossible car il existe une chance", a déclaré Advocaat après la rencontre. "Ce résultat de 8-0 de la Suède contre le Luxembourg était quelque peu irréel, cela veut dire que ce n'est pas fini, même si ça parait compliqué", a-t-il ajouté.

Finalistes du Mondial 2010, demi-finaliste en 2014, les 'Oranje' se retrouvent en état de crise. Cet échec marque sans doute la fin de la génération dorée des Sneijder, Robben, Van Persie, qui vont devoir laisser la place à la relève.

Le Portugal peut dire merci à Ronaldo

Tenu en échec pendant plus d'une heure, le Portugal s'en est remis à Cristiano Ronaldo, rentré à la mi-temps, pour battre la très modeste équipe d'Andorre (2-0) samedi, avant de recevoir la Suisse mardi pour la "finale" du groupe B.

S'imposer face à la 144e nation au classement Fifa, battue 6-0 à l'aller, n'aurait dû être qu'une formalité pour les Portugais. Même sans Ronaldo.

Et pourtant. Rentrés au vestiaire sur un score humiliant de 0-0, les champions d'Europe en titre, pourtant poussés par un stade acquis à leur cause grâce à la très forte communauté portugaise d'Andorre, n'ont dû leur salut qu'à la superstar du Real Madrid.

Rentré dès le début de la deuxième mi-temps à la place de Gelson Martins, CR7 a marqué (63e) sur l'un de ses premiers ballons dans la surface après un centre de Joao Mario. Avant d'être à l'origine du deuxième but d'un centre dans la surface, remis de la tête par Danilo pour André Silva (86e).

L'essentiel est donc là pour les Portugais grâce à CR7. Deuxièmes du groupe B (24 points) derrière la Suisse (27 points), qui s'est elle largement imposé à domicile face à la Hongrie (5-2), ils auront droit à une "finale" dans leur stade de la Luz face à la Nati, qui les avait battus (2-0) lors du premier match de qualification, pour arracher leur billet pour la Russie.

En cas de victoire, le Portugal, qui dispose d'une bien meilleure différence de buts (26 contre 18), validerait son ticket et éviterait la case barrages. Un nul enverrait en revanche directement les Suisses au Mondial.

C'est d'ailleurs en prévision de ce choc que le sélectionneur Fernando Santos avait choisi de laisser sur le banc Ronaldo pour lui éviter le risque de prendre un carton jaune, synonyme de suspension face à la Nati, et de s'abîmer sur le terrain synthétique d'Andorre-la Vieille.

Mais sans CR7, auteur d'un quadruplé à l'aller, le Portugal n'y est pas parvenu malgré plusieurs tentatives de Pepe (7e, 40e) ou de Quaresma (26e, 30e, 55e).

Le Maroc s'offre une finale contre la Côte d'Ivoire de Marc Wilmots

Le Maroc, en s'imposant 3-0 face au Gabon grâce à un triplé de Khalid Boutaib (38e, 56e et 72e), s'est adjugé une finale de groupe face à la Côte d'Ivoire le 6 novembre prochain. Il ne reste en effet qu'un match à jouer. Le Maroc part avec un léger avantage (9 points contre 8) mais la rencontre se disputera à Abidjan. Le Gabon (5 points) et le Mali (3 points) sont éliminés.

Dans le groupe A, la Tunisie l'a emporté largement en Guinée (1-4) grâce à un triplé de Youssef Msakni (45e, 75e et 90e) et un but de Mohamed Amine Ben Amor (84e). Les coéquipiers de l'ancien joueur de Mouscron Anice Badri, monté au jeu, occupent la première place du classement (13 points) à une journée de la fin. Seule la République démocratique du Congo (10 points) et son grand nombre de joueurs passés ou présents actuellement en Jupiler Pro League (Chancel Mbemba et Neeskens Kebano étaient titulaires, Junior Kabananga, Jonathan Bolingi et Christian Luyindama sont montés au jeu) peuvent encore revendiquer une qualification.

Dans le groupe D, le Senegal s'est imposé au Cap-Vert (0-2) grâce à des buts de Diafro Sakho (82e) et de Cheick Ndoye (90e). Les coéquipiers de Kara Mbodj (Anderlecht) et de Moussa Wague (Eupen), titulaires, ont pris une sérieuse option sur la qualification en comptabilisant désormais huit points après seulement quatre matches mais ils leur restent une double confrontation face à l'Afrique du Sud (4 points). Les deux équipes s'étaient affrontées en novembre dernier (2-1 pour l'Afrique du Sud) mais la rencontre devra être rejouée après que l'arbitre ait été suspendu à vie pour avoir influencé le résultat du match.