Mondial 2018

"La pression est énorme" sur l'Allemagne, a admis mercredi Thomas Müller, à trois jours du match du Mondial 2018 contre la Suède que la Mannschaft n'a pas le droit de perdre.

"Bien sûr nous faisons notre autocritique, mais il faut regarder vers l'avant, il nous reste deux matchs et la pression est énorme", a dit le champion du monde 2014 devant la presse, après un entraînement studieux de toute l'équipe sous le soleil de Sotchi.

Après sa défaite inaugurale contre le Mexique (1-0), l'Allemagne rencontre samedi la Suède, victorieuse de la Corée du Sud au premier match. En cas de défaite, les tenants du titre seraient quasiment éliminés au premier tour, ce qui ne leur est jamais arrivé depuis leur retour en Coupe du monde en 1954 après la seconde guerre mondiale.

Interrogé toujours et encore sur les carences apparues contre El Tri, Müller a répété que l'équipe travaillait à améliorer ce qui doit l'être, mais a voulu aussi positiver: "On ne va pas gagner ces deux matchs uniquement en se flagellant, en se demandant si untel ou untel a mal fait ceci ou cela".

Après les amicaux médiocres de juin, une défaite en Autriche (1-2) et une victoire laborieuse contre l'Arabie Saoudite (2-1), "nous avons pensé un peu légèrement que, lorsque le tournoi allait commencer, nous allions retrouver notre fraîcheur et nos forces habituelles. A posteriori, on peut dire que nous avions mal évalué la situation", a encore reconnu l'attaquant du Bayern Munich.