Mondial 2018

La Serbie n'est toujours pas remise du penalty non sifflé lors de sa défaite contre la Suisse au Mondial 2018: l'arbitre allemand Felix Brych devrait être "envoyé à La Haye" pour y être "jugé", a pesté samedi le sélectionneur Mladen Krstajic, en référence au tribunal pénal international jugeant les crimes de guerre de l'ex-Yougoslavie.

"Nous avons été volés", a lancé Krstajic, en colère après une situation litigieuse en seconde période, où son buteur Aleksandar Mitrovic a été ceinturé puis plaqué au sol par deux défenseurs suisses dans la surface de réparation. La Serbie s'est ensuite inclinée 2-1, et devra créer l'exploit face au Brésil pour espérer se qualifier pour les huitièmes de finale.

"Je ne donnerais pas (à M. Frych) un carton jaune ou un carton rouge, je l'enverrais à La Haye. Là-bas, ils pourront le juger, comme ils l'ont fait avec nous", a-t-il ajouté, s'adressant à des journalistes serbes.

Le technicien avait également publié sur Instagram une série de photos du ceinturage grossier, avec la légende suivante: "Malheureusement, il semble que seuls les Serbes sont condamnés à une justice sélective, avant à La Haye et aujourd'hui dans le football avec l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR)".

L'arbitre en charge de la VAR, mise en place lors du Mondial, n'avait pas signalé de faute à l'arbitre central sur la situation litigieuse.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), prédécesseur de l'actuel Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), était un organe de l'ONU destiné à juger les personnes accusés de crimes de guerre en ex-Yougoslavie à partir de 1991.