Mondial 2018 Au moment d'affronter les Diables, la Tunisie se veut confiante et espère un miracle pour continuer de rêver.

Ce n'est pas une surprise : face à la Tunisie, la Belgique sera sportivement favorite. Mais prudence, car elle jouera à l'extérieur. Déjà parce que la couleur rouge sera sur les épaules des Aigles de Carthage, mais aussi et surtout, parce que le stade du Spartak Moscou sera majoritairement acquis à la cause de ces derniers.

Et pour cause : alors que l'on attend entre 2000 et 2500 Belges, ce ne sont pas moins de 15 000 Tunisiens qui encourageront les leurs. Et la fête a déjà commencé en ville, où une marée rouge a déferlé sur la place du même nom.

Mais comment voit-on la rencontre de l'autre côté de la Méditerrannée ? L'enjeu est en effet de taille, puisqu'une défaite renverrait les Aigles à la maison. "Les Tunisiens joueront avec le couteau sous la gorge", analyse ainsi Alaixys Romao, consultant pour le mensuel français Onze Mondial.

Le journal Réalités, quant à lui, se rassure en parcourant les différents médias belges, lesquels insistent sur les qualités collectives et individuelles de cette équipe tunisienne : "Les médias belges ont tenu à avertir les joueurs de leur équipe.Ce sont des adversaires qu’il faut respecter, capables de créer de désagréables surprises qui risquent de tout faire basculer." Et de rapporter les propos d'Eden Hazard allant dans cette direction. Autant dire que la le respect est présent. Idéal pour le mental.


Dans le quotidien La Presse, on passe en revue les points à améliorer face à la Belgique, afin de ne pas répéter les mêmes erreurs commises lors du match face à l'Angleterre : " Parmi les causes de cet échec, un comportement trop défensif. Car même s’ils ont atténué les ardeurs des attaquants anglais en deuxième mi-temps, nos joueurs auraient dû porter leur jeu un peu plus vers l’avant, ce qui aurait allégé la pression sur les défenseurs. L’entrée de Khaoui à l’entrejeu devrait s’inscrire également dans l’option du rapprochement des lignes et assurer une relance rapide du ballon. Nous serions curieux de voir la composition de l’entrejeu face à la Belgique."

Pour nos confrères, la stratégie à adopter face aux Diables est simple : "Les Tunisiens devront aussi se porter un peu à l’avant et tenter de ne pas subir le poids de la rencontre dès les premières minutes comme ils l’ont fait face aux Anglais. [...] La sélection tunisienne sera ainsi appelée à sortir de son repli défensif exagéré et d’opter pour un schéma porté sur l’offensive pour gêner la défense belge et alléger la tâche de la ligne arrière."


Le Temps, quant à lui, rappelle que "le courant ne passe pas comme souhaité entre Hazard et De Bruyne pour un problème de positionnement sur le terrain". Avant d'assurer que la rencontre sera "un match à six points" pour les deux camps, car en cas de victoire belge "l'équipe anglaise évoluerait comme sur du velours face au Panama le lendemain."

Le match sera également l'occasion de mettre un certain joueur en lumière : Anice Badri. Comme le rappelle So Foot, l'ailier des Aigles de Carthage est parvenu à lancer sa carrière à l'occasion d'un prêt particulièrement réussi à Mouscron-Perulwez à l'hiver 2012-2013.

Méfiance donc, car les Tunisiens savent les Belges favoris et que ces derniers veulent assurer la qualification avec la manière. Mais pour garder espoir, il faudra arracher un nul au forceps. Et cela, la Tunisie le veut plus que tout et se donnera les moyens d'y parvenir.

Mais pour finir, parmi les oracles animaliers qui accompagnent chaque rencontre, le Kea de la chaîne Eurosport a fini par donner les Diables gagnants cet après-midi. Cela aura été laborieux, mais il ne reste plus qu'à croiser les doigts pour lui donner raison à présent.