Football Le gardien a rassuré pour son premier match depuis septembre.

Son retour a bien failli tomber à l’eau mais il s’avère être au final comme le seul rayon de soleil au milieu des nuages qui peuplent le ciel de la Mannschaft.

Longtemps, le match amical des champions du monde à Klagenfuhrt face à l’Autriche a été menacé par le déluge s’abattant sur le Wörthersee Stadion. Avant que la rencontre ne se dispute avec plus de 1h30 de retard.

Malgré l’ouverture du score rapide de Mesut Özil, cette Mannschaft très remaniée a coulé (2-1), plombée par son manque de liant collectif et les habituelles doublures qui aspiraient à venir titiller les titulaires annoncés ont globalement échoué dans leur mission. Ce qui a eu le don de passablement énerver Joachim Löw.

"Plus que la défaite, c’est la manière qui m’agace. En jouant comme cela, nous n’aurons aucune chance en Russie. Mais je suis convaincu que nous serons dici là dans une autre forme", a tonné le sélectionneur nettement plus bienveillant avec Neuer. "C’était un bon retour après une si longue absence. Je n’avais pas l’impression qu’il ait été longtemps absent d’ailleurs. Il a fait un ou deux bons arrêts."

En détournant un ballon sur son montant droit avant la pause la frappe de Florian Grillitsch (32) puis en sortant vainqueur de son duel avec Marko Arnautovic après (56), le gardien, qui n’a rien à se reprocher sur les deux buts encaissés, a confirmé qu’il se situait sur le bon chemin.

Lui qui n’avait plus évolué avec la sélection depuis un an et demi a retrouvé sa place le plus naturellement du monde. Tout n’a pas été parfait, avec notamment un certain déchet dans son jeu au pied d’habitude si fiable qui n’est pas doute pas étranger à la nature de sa blessure (fracture au pied gauche en septembre), mais Neuer, qui a joué son premier match en 2018, a globalement rassuré et levé les doutes entourant sa participation à la Coupe du Monde. Le tout avec seulement dix jours d’entraînement dans les gants.

Löw a désormais prévu de s’entretenir avec son gardien pour définitivement valider sa place dans le groupe des 23 qu’il va divulguer ce lundi et qui fera plusieurs malheureux au niveau des gardiens : impeccable cette saison tant en club qu’en sélection, le Barcelonais Marc-André ter Stegen va retrouver son rang de doublure pendant que Kevin Trapp (Paris SG) et Bernd Leno (Leverkusen) se disputeront le dernier strapontin.

Neymar marque après... 24 minutes

Un petit ballon glissé par Coutinho, Sime Vrsaljko éliminé très facilement d’un crochet court puis une frappe soudaine devant Vedran Corluka qui s’en va au fond des filets de Danijel Subasic après avoir violemment heurté la barre transversale du portier croate : Neymar n’a eu besoin que de 24 minutes pour signer un retour fracassant après avoir remplacé à la pause Fernandinho contre la Croatie.

"C’est un plaisir de le revoir sur le terrain, c’est une star, l’un des meilleurs joueurs du monde. Quand il est entré, il a fait la différence", a résumé, beau joueur, Luka Modric qui a échangé son maillot avec le crack.

Avant ce 54e but le jour de sa 84e sélection, Neymar avait déjà signé le premier tir cadré ses siens quand sa frappe a été bloquée par Subasic (57e).

Après, il est passé tout près d’un doublé sur un joli coup franc de 30 mètres (87e), laissant finalement le soin au régional de l’étape, Roberto Firmino, de sceller la marque face aux Croates (90e+3) et de marquer des points tant Gabriel Jesus a été discret.

Au final , Neymar a diffusé l’impression d’être indispensable à une Seleçao qui a repris des couleurs quand son leader technique a retrouvé le terrain. 97 jours après sa fracture du cinquième métatarsien du pied droit contre l’OM le 25 février, trois mois très exactement après son opération au Brésil, le crack revient au bon moment.

"Il est serein et il s’entraîne bien. Évidemment, il n’est pas encore au niveau du groupe car il a eu trois mois d’arrêt, mais il est intelligent et déterminé", avait prévenu avant la rencontre Thiago Silva.

"Nous avons discuté et il m’a dit qu’il se sentait de jouer la seconde période. C’est mon choix, mais tout est planifié", a expliqué après coup Tite, forcément satisfait de la mi-temps disputée par son joyau mais qui a aussi tenu à tempérer l’enthousiasme naissant. "Il y aura des hauts et des bas jusqu’à ce qu’il soit à nouveau totalement disponible. Mais il ne faut pas que les attentes soient trop hautes." Ce que ce come-back va difficilement pouvoir empêcher.

Mais à 13 jours désormais de l’ entrée en lice des Brésiliens contre la Suisse le 17 juin (un dernier amical est prévu en Autriche le dimanche 10), Neymar semble pour l’heure dans les temps de passages fixés : plus que lors de la phase de groupe où la Seleçao affrontera aussi le Costa Rica et la Serbie, son pic de forme est attendu pour les huitèmes de finale, soit le 2 ou 3 juillet.