Football

"Je suis certain que beaucoup de bébés vont naître dans neuf mois !"

Bienvenue dans un FIFA Fan Fest. Chaque ville hôte de la Coupe du Monde a monté un immense espace uniquement réservé aux supporters et il faut dire que tout a été conçu pour qu'ils y trouvent leur bonheur. On y a trouvé des boissons alcoolisées, des jeux (quelque peu loufoques) organisés par les sponsors et même un arrosage d'eau froide à cause de la chaleur. Le FIFA Fan Fest de Samara, une station balnéaire située à un petit peu plus de mille kilomètres de Moscou, a d'ailleurs vibré comme rarement ce dimanche après-midi.

Il faut dire que plus de quinze mille fans russes (il n'y avait plus de place pour une personne de plus même s'il est difficile de chiffrer exactement le nombre de gens présents) avaient décidé de quitter les magnifiques plages locales pour se regrouper devant un écran géant surplombant une scène. Des Brésiliens et des Mexicains, qui s'affronteront ce lundi dans le stade de la ville, étaient également venus soutenir leurs amis russes car visiblement, la rivalité avec l'Espagne est toujours bien présente. Supporters russes et latinos se sont mélangés sans le moindre problème et ont même multiplié les séances photos avec les drapeaux de plusieurs nations. "Russia, Russia, Russia", chantaient les fans mexicains, sombrero sur la tête et fausse moustache collée juste au-dessus de la bouche.

On aurait même dit que les lieux n'avaient pas été spécialement conçus pour accueillir autant de monde. Les files devant les bars s'allongeaient rapidement et il fallait plus ou moins compter vingt minutes pour pouvoir acheter une bouteille d'eau (1 euro), indispensable pour supporter les quarante degrés des lieux. Et si quelqu'un devait aller à la toilette, il devait se préparer psychologiquement à pratiquement rater toute une mi-temps.

L'organisation avait tout prévu pour que les milliers de supporters soient bien chauds, en mêlant spectacle musical (la pop russe est assez étrange) et visuel, comme si leurs encouragements allaient pouvoir atteindre la capitale où se déroulait ce huitième de finale. Drapeaux russes dessinés sur les joues, casquettes aux couleurs du pays et petits objets bruyants: c'est vrai qu'on se serait cru dans un vrai stade. Alors qu'il s'agissait simplement d'un énorme parking réaménagé en lieu de fête.

Pendant un peu plus de deux heures, les supporters ont montré qu'ils n'avaient nullement perdu leur patriotisme. Juste avant le coup d'envoi, ce sont l'attaquant Dzyuba… et l'épouse de Dmitry Medvedev, le premier ministre russe, qui ont reçu la plus belle ovation lorsque leurs visages sont apparus sur l'écran géant. On a beau parler de foot, la politique n'est jamais loin en Russie.

La tension était palpable lors de la rencontre. Un mauvais dégagement d'un défenseur, un attaquant espagnol qui s'approchait un peu trop du but ou une mauvaise décision arbitrale : tout était bon pour souffler, siffler ou jeter sa casquette par terre. "Russia, Russia, Russia", les chants n'ont pas été très variés mais la force avec laquelle ils ont été chantés ont bien fait comprendre que c'était le message principal que voulait faire passer le public. Le patriotisme exacerbé des Russes n'est donc pas une légende.

Mais ce n'était encore rien comparé à la séance de tirs au but. Les fans donnaient déjà l'impression d'être contents de ne pas avoir subi une humiliation que beaucoup avaient programmée. Mais le délire lorsque Iago Aspas a loupé la tentative décisive était tout bonnement impressionnant. Placé sur une estrade assez haute, un journaliste russe a failli passer par dessus la barrière tant il ne maîtrisait plus ses émotions. "C'est historique mon ami. C'est le plus beau jour de ma vie !", nous a-t-il crié dans l'oreille. Et on n'a aucun mal à le croire vu comme il gesticulait pendant les prolongations. "Je suis certain que beaucoup de bébés vont naître dans neuf mois. Pfff, moi je suis trop vieux pour tout ça", rigolait un autre.

Mains derrière la tête, embrassades, bisous: les Russes pouvaient entamer une longue soirée. Aux sons russes balancés dans les énormes enceintes du Fan Fest. Les Russes vont avoir du mal à reprendre le chemin du travail ce lundi.

"Russia, Russia, Russia".


Les volontaires russes explosent de joie après la séance de tirs au but de Russie-Espagne

La tension était également à son comble dans la salle de presse de Rostov, où se déroulera Belgique-Japon ce lundi.

Il faut dire que de nombreux volontaires russes étaient figés devant la télé... Tout s'est bien terminé pour eux, qui pourront donc vibrer durant au moins un match supplémentaire !