Football

"On ne pensait qu'on souffrirait autant" avant d'arracher la qualification pour les 8es du Mondial-2018, a affirmé l'Argentin Lionel Messi après la victoire des vice-champions du monde contre le Nigeria (2-1), mardi à Saint-Pétersbourg.

Auteur de son premier but dans cette édition, Messi s'attend à un "match difficile" contre la France, son futur adversaire, dont il a expliqué avoir "regardé tous les matches".

Q: Comment analysez-vous le match?

R: "Cela a été un match équilibré. On a contrôlé la première mi-temps (...) on a pensé que ce serait pareil en seconde période, mais avec le penalty, cela n'a pas été le cas. Les minutes passaient, on a commencé à presser et à attaquer et finalement on a réussi à se qualifier".

Q: Pensiez-vous souffrir autant pour vous qualifier ?

R: "On a beaucoup souffert et la situation était difficle. Il y a beaucoup d'enjeu et ça a été un grand soulagement (...) Nous savions que ce serait difficile. On a réussi à passer, mais on ne pensait pas qu'on souffrirait autant".

Q: Que pensez-vous de la France, que vous affronterez en 8e?

R: "On a regardé tous les matches de la France. La France a une très bonne équipe, ils ont des bonnes individualités. Ils ont des bons défenseurs, de bons milieux et de bons attaquants. Ils ont des joueurs très rapides qui peuvent faire la différence, des coéquipiers devant (au Barça, Ousmane Dembélé) et derrière (Samuel Umtiti). Ce sera difficile".

"Nous avons manqué d'expérience", regrette le sélectionneur du Nigeria Rohr

A quatre minutes de la fin, le Nigeria était qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde. Puis le défenseur argentin Marcos Rojo a surgi et ruiné les espoirs nigérians. "C'est une grosse déception car mon équipe a donné son meilleur", a confié le sélectionneur du Nigeria Gernot Rohr.

"Il a manqué quelques minutes, on a joué un bon football comme nous pouvons le faire. Nous avons manqué d'expérience dans cette équipe très jeune. Ce genre de match permet de construire le caractère. Dans quatre ans, on sera très forts."

Le Nigeria a réclamé un deuxième penalty pour une main de Rojo. L'arbitre Cakir n'a pas accordé le penalty après avoir regardé les images. "Je crois que c'est une main. Mais c'est difficile de faire une bonne interprétation pour l'arbitre."

"On aurait pu marquer un deuxième but et on ne l'a pas fait", a regretté Rohr. "Et l'Argentine a poussé, poussé, poussé, avec des grands joueurs de niveau Ligue des champions. Nous n'en sommes pas encore à ce niveau-là. Il faut aussi un peu de chance et nous n'en avons pas eu assez aujourd'hui."

Interrogé sur son avenir à la tête des 'Super Eagles', Rohr a répondu: "Je voudrais continuer avec cette équipe. J'ai un bon feeling. C'est un bon cocktail de passion et de discipline."