Football

France

Le Belge David Pollet, 22 ans, a marqué son 1er but en Ligue 1 et ouvert la voie du succès au RC Lens

LENS Il avait effectué une apparition furtive en Ligue 1 en 2007-2008 (13’contre Lorient) mais les vrais débuts de David Pollet (22 ans) dans la D1 française, c’est samedi soir qu’il les a effectués lors d’un déplacement à Arles Avignon.

Monté au jeu à la 69e, après avoir encore clamé cette semaine qu’il voulait forcer sa chance à Lens plutôt que d’être prêté en Ligue 2 ou en Belgique, il s’installa tranquillement dans la surface. Banco direct d’une tête piquée sur un coup franc d’Hermach et le seul but du succès lensois dans l’escarcelle de ce belgo-français, inconnu en Belgique (au point que certains de nos confrères ont oublié de signaler sa présence en Ligue 1 à côté d’Hazard) sauf pour les assidus des sélections Espoirs de Jean-François de Sart auxquelles il n’a plus émargé depuis près de deux ans.

Deuxième meilleur buteur de Nationale (D3 française) la saison passée avec 22 buts lors de son prêt au Paris FC, il fut en son temps sollicité par Charleroi et Zulte Waregem mais il a toujours voulu percer en France.

“Cette soirée de samedi a été parfaite : je marque sur mon premier ballon et on prend les trois points. Il était capital de remporter ce match pour récupérer les points perdus à domicile la semaine précédente” , se réjouit ce fils d’une maman brugeoise qui a intégré la Gaillette en 1997. “Le coach m’a demandé d’accélé rer. J’ai la chance de rentrer sur un coup de pied arrêté et de me trouver à la bonne place pour le transformer. Je ne réalise pas vraiment mais je suis heureux. Je suis là pour marquer des buts et faire gagner mon équipe.”

Supporter du RC Lens depuis sa tendre enfance, ce but lui procure forcément des sensations fortes et, espère-t-il, lui offrira du crédit d’abord au RC Lens mais aussi chez Jean-François de Sart car il a encore répété il y a peu qu’il “voulait redevenir international espoirs.”

“Au Paris FC, il m’avait appelé pour me dire qu’il comptait sur moi mais j’ai besoin de minutes de jeu au haut niveau” , explique-t-il.

“Il a eu raison d’aller faire ses classes en National. Bien encadré par les anciens, il a effectué une bonne préparation”, soutient Jean-Guy Wallemme, son entraîneur. “Il est très fort dans la tête et de la tête.”



© La Dernière Heure 2010