Football

Aux dernières nouvelles, Marc Wilmots n’a pas encore délocalisé son bureau à Londres. Mais avec l’arrivée de Nacer Chadli à Tottenham, 13 Diables évoluent désormais en Premier League .

"Et ce qui est frappant dans la sélection c’est que tous les joueurs sont titulaires dans des très grands clubs" , observe Bruno Satin, responsable de la division football à IMG.

Mais derrière ce constat qui s’explique par le potentiel d’une génération unique en terme de qualités et de quantités, il y a aussi une confirmation : celle que ces jeunes ont les épaules assez larges pour dépasser le simple statut de promesse.

"L’émergence de l’un d’entre eux au plus haut niveau du football mondial a décomplexé tous les autres et crédibilisé les Belges aux yeux des grands clubs anglais et européens" , relève un agent qui compte dans son portefeuille plusieurs Diables en faisant allusion à Eden Hazard.

En plus du Brainois, la dimension prise par Vincent Kompany ne fait qu’accentuer le phénomène. Bien implanté en Angleterre, l’intermédiaire parle "de formidables ambassadeurs" .

Des ambassadeurs qui ont ouvert une brèche dans laquelle les Vertonghen et autre Benteke, pour ne citer qu’eux, se sont engouffrés. Confirmation d’un agent: "C’est pour cela que le Belge est à la mode. Il y a encore peu de temps, quand vous proposiez un joueur belge, vous n’étiez pas très crédibles."

ce constat qui désormais fait presque sourire au vu de la notoriété des Diables fait tache d’huile chez les jeunes à l’image des échelons que gravit Adnan Januzaj à ManU . "Très clairement, les jeunes bénéficient de cet effet de mode. Les recruteurs se disent qu’il vaut mieux les prendre plus jeunes pour éviter d’avoir à les payer plus cher ensuite" , poursuit l’agent de plusieurs Diables. "Mais je ne suis pas certain que ce soit le bon calcul. Il y a beaucoup de paramètres."

"Voir les recruteurs s’intéresser aux plus jeunes colle aussi à l’évolution des règles, les clubs ont besoin d’avoir des joueurs formés localement. Cela incite les clubs anglais à regarder ce qui se passe en Belgique chez les jeunes" , observe Satin qui ne voit dans cette mode que des bénéfices pour le football belge. Du moins si certaines conditions sont validées.

"Il faut que les contrats des jeunes Belges qui évoluent en Belgique soient sécurisés. Mais ce n’est pas simple car comme il y a de plus en plus de jeunes, c’est de plus en plus difficile et le risque existe de se faire piquer les joueurs."

"En tout cas, au vu de la jeunesse des Lukaku, De Bruyne, Hazard, cette mode va durer" , assure un agent qui ne voit dans cette invasion massive de la Premier League qu’un seul problème : celui que les Diables, à l’instar des internationaux anglais terminent la saison sur les rotules et que le rendement de la sélection s’en fasse ressentir. "C’est un peu le revers de la médaille, mais c’est bien le seul. Les avantages sont nettement plus nombreux, avec l’accumulation des matches de très haut niveau qui leur permettent d’acquérir plus d’expérience, de confiance et de qualités."