Football L’opération pourrait atteindre les 120 millions d’euros.

Cristiano Ronaldo avait promis qu’il aborderait le sujet de son avenir qu’il a lui-même drapé d’un voile d’incertitudes par une communication alambiquée après la victoire en Ligue des Champions où il avait évoqué un départ avant de se rétracter, façon un pas en avant, deux pas en arrière après la Coupe du Monde en Russie.

Mais après l’élimination précoce du Portugal contre l’Uruguay en huitièmes, le crack n’a pas tenu sa parole, restant muet. Ce qui n’était qu’une rumeur ces derniers jours a pris de l’ampleur au fil des heures.

Ce mercredi, les trois quotidiens sportifs italiens l’ont affiché à leur une : la Juventus s’est bien positionnée pour s’offrir les services du Portugais.

Soucieuse de se hisser parmi les puissances du premier cercle en Ligue des Champions, la Vieille Dame est déterminée à se renforcer cet été. L’inflexibilité des dirigeants de la Lazio dans le dossier de l’ancien milieu de Genk Serguei Milinkovic-Savic pour lequel 150 millions sont exigés a fini par avoir raison de leur patience. D’autant qu’après avoir ficelé l’arrivée à Turin de l’un de ses autres protégés, Joao Cancelo, Jorge Mendes a habilement pris la température. Sans être refroidi par les chiffres.

Si Ronaldo , lors de sa dernière prolongation de contrat, avait vu sa clause libératoire passer à 1 milliard d’euros, un accord tacite avait été trouvé : en cas d’offre avoisinant les 100 millions d’euros émanant d’un club non considéré comme un rival, le Real pourrait entamer les discussions.

Comme souvent avec CR7, le nœud du problème est financier. La part d’intox grande. Ronaldo et son entourage se servent-ils de cet intérêt pour obtenir ce qu’ils veulent, à savoir une revalorisation salariale pour un joueur qui aura 34 ans en avril, gagne 21 millions d’euros net par an et qui est lié au Real jusqu’en 2021 ? Possible.

Mais les Turinois réfléchissent à un montage pour une opération qui serait titanesque. Quand le chiffre de 30 millions d’euros de salaire circule, il faut y ajouter autant dans un pays où le système d’imposition est moins avantageux. Soit un coût annuel de 60 millions… Et dans un club où Massimiliano Allegri (8 millions par an) gagne plus que les stars Paulo Dybala et Gonzalo Higuain (7,5). Pour justement faire place à CR7, ce dernier pourrait être cédé. Comme un autre cadre, Miralem Pjanic.

Et la famille Agnelli, qui détient la Vieille Dame mais aussi la marque de voitures Fiat pourrait proposer au Portugais un nouveau contrat de sponsoring, lui qui dans l’imposant catalogue de marques associées à son image ne compte pas de constructeur automobile et avait été particulièrement touché par l’ovation des tifosi le 3 avril dernier après son fabuleux retourné.