Football De 1897 à nos jours, le cinéma a souvent croisé le chemin du football. Le résultat est parfois croustillant...

BRUXELLES Le cinéma aime le football, et ça ne date pas d’hier ! En 1897, Alexandre Promio réalisait un des premiers films de l’histoire en enregistrant une partie de foot. Depuis, de nombreux films ont été réalisés sur le sujet. Voici une liste non-exhaustive de quelques œuvres traitant du ballon rond, pour les soirées où il n’y pas de foot à la télé…

À nous la victoire (Etats-Unis, 1981) : un des premiers films de football, à tendance très hollywoodienne. De grandes stars du football figurent dans cette production américaine: Pelé, Bobby Moore, Osvaldo Ardiles et… Paul Van Himst ! Prisonniers dans un camp nazi, ils forment une équipe dont les buts sont défendus par Sylvester Stallone, qui a délaissé ses gants de boxe pour des gants de gardien. Ils n’ont qu’un but en tête : s’évader…

Les Collègues (France, 1999) : surfant sur la vague de la victoire française en Coupe du Monde, ce film met en scène Joël Cantona et son père Albert. Tous deux responsables d’un club menacé de disparition, ils inscrivent une équipe à la Mondialette, une compétition qui a lieu en marge de Mondial. De magouille en magouille, l’équipe passe les tours, malgré un ex-tôlard qui distribue les coups de boule et un gardien mongole accro au pastis. Un film savoureux, que les fans de l’ OM apprécieront particulièrement pour son humour très marseillais…

Jimmy Grimble (Angleterre, 2000) : reprend un thème récurrent dans les films sportifs, à savoir celui du vilain petit canard qui devient cygne. L’humour très british et la passion totale des Anglaise pour le ballon rond donnent à ce film une touche très originale. Jimmy Grimble est un jeune gamin de Manchester pas très doué pour le foot, jusqu’au jour où une vieille dame lui offre des chaussures qu’elle prétend magique. Très vite, Jimmy devient la star de son équipe et rêve d’un jour évoluer à United. Cette histoire vous fera au moins sourire et donnera un peu d’espoir aux joueurs les plus médiocres…

Newcastle Boys (Angleterre, 2001) : une œuvre qui gagne à être connue, qui s’inscrit dans la lignée des comédies anglaises qui ont pour cadre les villes industrielles et le quotidien très gris de leurs habitants. Gerry et Sewell sont deux adolescents issus de familles brisées. Ils n’ont qu’un seul moyen pour s’échapper de leur quotidien : aller voir les matches de Newcastle. Seulement voilà, l’abonnement coûte 1.000 livres et ils sont complètement fauchés. Ils mettront en œuvre des idées plus saugrenues les unes que les autres pour arriver à leurs fins… À voir !

Shaolin soccer (Chine, 2001): complètement déjanté ! Fung, ancienne star du foot, est viré de son poste de responsable matériel et décide de mettre sur pied sa propre équipe. Il décide de demander l’aider de Sing, un moine Shaolin extraordinairement doué pou les arts martiaux. La nouvelle équipe utilisera des techniques Shaolin pour battre ses adversaires. Totalement irréaliste et vraiment surprenant. Pas beaucoup de fond, mais très distrayant… Il existe une suite : Shaolin Soccer 2.

3 zéros (France, 2002) : Tibor Kovacs, un jeune Hongrois, fait des prodiges lors d’un match dans sa prison. Son compagnon de cellule saute sur l’occasion : il tient son poulain, qu’il fera signer au PSG. C’est une comédie agréable mais assez lisse sur les coulisses du football. Lorant Deutsch, qui interprète le rôle principal, était déjà doué pour le football mais il a suivi un entraînement spécifique d’un mois avec les joueurs du PSG. Il également tourné une scène d’échauffement pendant un match au Parc des Princes et les supporters se sont demandés qui était ce joueur qu’ils n’avaient jamais vu ! Réalisateur et scénariste, Fabien Onteniente a eu l’idée de son film pendant la finale France - Brésil. Dans un souci de réalisme, il a eu des entretiens avec Lilian Thuram, Ronaldinho, Okocha et Pochettino, tous Parisiens à l’époque, ainsi qu’avec Rolland Courbis et Gervais Martel, président du RC Lens.

Joue-la comme Beckham (Angleterre, 2003) : Jess Bhamra, une jeune fille d’origine indienne, vit avec sa famille en Angleterre. Elle est partagée entre traditions et envie de liberté. Ses parents veulent lui imposer un mari, alors qu’elle ne rêve que de ballon rond et de son idole, David Beckham. Une jeune Anglaise, Jules, l’exhorte à rejoindre son équipe. Elle devra mentir à ses parents pour s’adonner à sa passion. Touchant, Joue-la comme Beckham est l’un des seuls films qui aborde le foot féminin. Une boîte de production travaille sur un remake français qui devrait s’appeler Mets la tête comme Zidane !

Goal (Etats-Unis, 2005) : dans la famille des films foot, c’est le petit dernier… Santiago Nunez, âgé de dix ans, quitte le Mexique pour les Etats-Unis, avec seulement deux objets : un ballon et une vieille photo de la Coupe du Monde. Il est persuadé que le football est le seul moyen pour sortir de sa vie difficile. Il est repéré par un ancien joueur pro anglais qui l’envoie à Newcastle pour passer un test. C’est là que débutera une très belle carrière. Alan Shearer, David Beckham, Raul et Zinedine Zidane jouent leur propre rôle dans cette production.

Mais aussi : Fimpen, le môme (Suède, 1973), Le Ballon d’Or (Guinée, 1993), Boleiros (Brésil, 1998), Football factory (Angleterre, 2002), Football Days (Espagne, 2003), Un jour en Europe (Allemagne/ Espagne, 2005).

Les dessins animés : les dessins animés – et particulièrement les mangas – ont eux aussi adopté le ballon rond. Les deux titres les plus réputés sont Olive et Tom et L’école des champions. Farfelus, ces deux dessins animés ont pris aujourd’hui un fameux coup de vieux. Mais ont le don de replonger les plus nostalgiques en pleine enfance…