Football Les difficultés financières de l’AS Rome pourraient entraîner un départ du milieu

Alors que Fabio Cannavaro avait tout tenté cet hiver pour l’attirer au Guangzhou Evergrande et qu’il a récemment avoué qu’il se verrait bien "rester à vie" à Rome, Radja Nainggolan pourrait malgré tout quitter la Louve cet été. Contre sa volonté.

En cause, la pression du fair-play financier qui oblige les dirigeants romains à une certaine rigueur budgétaire pour ne pas s’exposer à des sanctions.

Pour faire simple , l’AS Rome a passé un accord avec l’UEFA en mai 2015 avec un impératif : limiter son déficit sur les trois dernières saisons à 30 millions d’euros. Problème, cette somme a été atteinte dès la première saison et si les ventes ces derniers mois de Sebastian Rüdiger, Mohammed Salah ou encore Emerson Palmieri ont permis de faire diminuer la masse salariale, les comptes restent dangereusement dans le rouge. Et pour éviter les foudres de l’UEFA, la vente d’un joueur majeur cet été est de nouveau évoqué.

Plus qu’Edin Dzeko ou Allison, l’hypothèse de céder Nainggolan serait évoqué, à un prix de 35 millions d’euros qui pourrait susciter des convoitises en Italie, du côté de la Juventus Turin mais plus vraisemblablement vers l’Inter Milan où Luciano Spaletti garde un excellent souvenir de sa collaboration avec le milieu qui, en attendant, remonte en puissance.

Face à Crotone, au sein d’une équipe remaniée, l’Anversois, promu capitaine, a inscrit le deuxième but des siens d’une frappe du gauche puissante. Ce qui ne va pas diminuer sa cote…