Football Ricardo Sa Pinto estime que Vanhaezebrouck lui a manqué de respect. "Moi, je l’aurais défendu".

Ricardo Sa Pinto s’est présenté avec son responsable de la communication à la conférence de presse. Il était visiblement calmé, sauf quand on lui a dit que Hein Vanhaezebrouck a déclaré à son sujet.

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous êtes tombé après ce jet de bière ?

"Vous avez vu que c’est de la bière, mais moi, je ne le savais pas. C’était peut-être une bouteille ou autre chose. J’ai senti quelque chose de dur sur le pied. Puis, j’ai vu que tout était mouillé. J’étais surpris. Si la bière avait touché ma tête, l’arbitre aurait peut-être arrêté le match. Aujourd’hui, c’est une bière. Demain, c’est peut-être autre chose. Ce qui m’a vraiment énervé, c’est que l’arbitre m’ait renvoyé en tribune. Je n’ai pas fait de théâtre. Je suis un guerrier."

Hein Vanhaezebrouck dit que votre attitude est un scandale pour un beau club comme le Standard.

"Peut-être il est fâché d’avoir perdu. Si demain, ça lui arrive, je le protégerai. Il doit avoir le même respect avec moi que moi avec lui. C’est ça, la collégialité."

Il se plaignait aussi de vos nombreux blessés.

"Ils n’étaient pas blessés mais fatigués. Parce que pour gagner, il faut beaucoup travailler. Et on vient de jouer un gros match à Genk, qui a coûté beaucoup d’énergie et qui était dur mentalement. Dites-moi, le Standard n’a plus gagné depuis quand, ici à Anderlecht ? (NdlR : depuis le 25 octobre 2014)"

Le but n’était pas de gagner du temps ?

"Avant de poser des questions pareilles, vous ne diriez pas : ‘Félicitations pour votre victoire méritée ?’ Il n’y avait pas de stratégie de casser le jeu. Bien sûr que nous ne sommes pas des saints. Nous n’allons pas courir pour faire une remise en jeu quand nous menons au score."

Vanhaezebrouck trouve que six minutes de temps supplémentaire, ce n’était pas assez.

"Six minutes, c’est quand même beaucoup ? J’avais l’impression que c’était vingt minutes. Lui, il aurait voulu qu’on joue jusqu’au moment où son équipe marque, je suppose…"