Football

Raheem Sterling a assuré mardi que la tempête médiatique qui s'est abattue sur lui la semaine dernière n'aurait pas d'influence sur sa préparation pour le Mondial russe. Un tatouage d'une arme à feu sur son mollet droit avait en effet suscité la polémique outre-Manche.

Le Tabloïd anglais 'The Sun' n'avait pas hésité à titrer: "Sterling se tire une balle dans le pied". L'ailier de Manchester City s'est défendu en expliquant que ce tatouage était un hommage à son père, tué par balles alors que Sterling n'avait que deux ans.

"Je ne pense plus à cette polémique", a répondu Sterling au micro de Sky Sports lors d'une journée consacrée à la presse. "Pour être honnête, cela a été une semaine normale pour moi. Je me suis concentré sur les entraînements et sur la rencontre contre le Nigeria. Je suis juste apparu plus souvent dans le journal que d'habitude. Je dois me préparer pour le Mondial et cette polémique est le dernier de mes soucis."

Toujours serein, Sterling s'est tout de même interrogé sur le timing de la publication de ces photos. "J'ai ce tatouage depuis environ 9 mois. C'est bizarre que l'on ne le remarque que maintenant."