Football Albert Stuyvenberg et ses joueurs ont très envie de revivre cela la saison prochaine

Longtemps, les chants des supporters espagnols ont résonné dans la Luminus Arena, incitant même les joueurs du Celta à revenir saluer leurs fans.

Par contraste, au coup de sifflet final, les joueurs limbourgeois s’étaient affalés sur la pelouse, foudroyés par une élimination à laquelle ils refusaient encore de croire.

"À l’image de mes joueurs, je suis très déçu, avouait Albert Stuyvenberg. Très déçu mais aussi très fier de mon jeune groupe et particulièrement du sursaut qu’il a manifesté pour revenir au score. Cette ambivalence de sentiments prévalait, aussi, dans le vestiaire."

L’entraîneur du Racing ne contestait pas l’arbitrage mais il émettait toutefois un léger doute sur la phase qui avait précédé le but d’ouverture : "Elle aurait pu nous faire très mal, cette réussite du Celta qui suivait directement une phase qui, dans l’autre rectangle, aurait peut-être pu nous offrir un coup de réparation. On possédait heureusement encore des ressources physiques et mentales pour refuser ce petit coup du sort."

Le lancement de Sébastien Dewaest en pointe avait été travaillé à l’entraînement et planifié, le cas échéant : "Je ne disposais pas d’un attaquant de remplacement en l’absence de Karelis et après le départ de Bailey. J’ai donc décidé de jouer le tout pour le tout. Je regrette un peu aussi que, dans le dernier quart d’heure, le Celta de Vigo se soit ingénié, avec une certaine maestria, à casser le rythme. Les Espagnols ont témoigné là d’une certaine roublardise qui leur faisait comprendre quand ils pouvaient commettre une faute que l’arbitre allait laisser passer."

La saison du Racing n’est pas terminée : "Nous devons à présent tourner le bouton et nous concentrer sur la réception de Mouscron ce dimanche. Nous le devons à notre chaleureux public. Mais surtout parce que nous avons pris goût à cette épopée européenne. Nous ressentons une immense envie de revivre cette aventure la saison prochaine."