Football

Le gardien franco-belge devrait être le portier n°1 des Brabançons dès la saison prochaine.

Alors que depuis deux ans, il devait se cantonner à un rôle de second gardien derrière le Brésilien Vagner, d’abord, et le Croate Matej Delac, ensuite, Théo Defourny, le gardien franco-belge du REM, recevait enfin sa chance lors de ces PO2.

Et le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’il est parvenu à la saisir. Né d’un père belge et d’une maman française, le gardien de but a attiré les regards de Tubize, club de D1B, qui était à la recherche d’un premier gardien pour la saison prochaine.

"J’ai eu un premier contact la semaine dernière", raconte le gardien Théo Defourny. "Cela a été par la suite très vite. Nous avons averti la direction mouscronnoise des contacts et lundi je signais un contrat de deux ans."

Lorsque la proposition tubizienne est arrivée sur la table, Théo Defourny n’a pas hésité longtemps. "Le projet est séduisant. Et puis, on me proposait de devenir premier gardien. À mon âge, j’ai besoin de jouer."

Le gardien n’a donc pas entendu les négociations avec Mouscron pour discuter de son avenir. "À Tubize, on me propose de jouer tandis qu’à Mouscron, dans sa configuration actuelle, je sentais que cela allait être difficile."

Théo Defourny aurait dû terminer la saison entre les perches mouscronnoises. Mais vu la signature de son contrat à Tubize, il pourrait ne plus avoir cette chance. "Ce n’est pas très grave. Il ne reste que trois matchs d’ici la fin des PO2. Le plus important, c’est que je puisse assurer mon avenir."

Mais l’exemple de Théo Defourny démontre bien que les Mouscronnois vont avoir des difficultés à garder certains joueurs qui n’auraient pas fait tache la saison prochaine. Defourny, comme Peyre, Mohamed ou d’autres encore sont en fin de contrat et ne coûtent pas spécialement cher. Ils attendent juste un signe de la direction. Mais la direction a-t-elle seulement envie de répondre aux signaux ou est-elle encore concernée par l’avenir du football à Mouscron ? Une première réponse sera prochainement donnée avec l’obtention ou non de la licence.