Football

Le Standard, intéressé, concrétisera-t-il l'aubaine?

GENK Lundi, Thomas Chatelle avait rendez-vous avec la direction de Genk. Au terme de celui-ci, une décision simple ("On n'a pas trouvé d'accord pour prolonger son contrat qui se termine en juin 2008") qui s'achève par des propos de Willy Reynders ("C'est un opportuniste, il a renié sa parole") qui ont choqué Thomas Chatelle, le capitaine de Genk.

Le problème est finalement simple. Le club soumet une proposition au joueur qui, début octobre, rentre une contre-proposition jugée trop onéreuse par le Racing. Deux mois s'écoulent - pendant lesquels Chatelle ne reçoit aucune nouvelle - et un nouvel entretien est fixé lundi. Willy Reynders est prêt à s'approcher de la proposition réclamée en octobre par Chatelle. Celui-ci, fort d'une série d'offres intéressantes parvenues entre-temps à son attention, répond que la situation a évolué. Willy Reynders ne l'a pas accepté et a tenu des propos qui tendent à penser à une situation irrévocable.

"Malgré les propos, que je regrette, tenus par la direction, la porte n'est pas fermée de mon côté mais la teneur de son discours dans la presse me laisse penser qu'elle l'est pour eux, répond Chatelle. Moi, je reste concentré sur Genk et je pars du principe que je reste jusqu'en juin. Si ça doit évoluer, on avisera. Et je nie avoir eu, comme on l'a dit, un accord verbal. La preuve, M. Reynders a déclaré la semaine passée : La prochaine fois que je vois Thomas, ce sera oui ou non. Il laissait donc la porte ouverte à un refus."

Le Bruxellois, qui gère seul ses intérêts depuis que Serge Trimpont a cessé ses activités d'agent, a déjà reçu des offres de l'étranger mais aussi de Belgique. Une telle affaire ne peut laisser indifférent ni Bruges ni Anderlecht ni le Standard, qui a déjà clamé son intérêt via Luciano D'Onofrio. Si le Bruxellois préfère taire ses contacts, des discussions plus qu'informelles ont déjà eu lieu. Reste à voir si Genk attendra juin ou voudra le vendre dès janvier. Et, dans ce dernier cas, à quel prix et à quels clubs est-il prêt à le céder ?

À Genk, on planche déjà sur son remplaçant. Trop cher lors des deux derniers mercato , le médian droit israélien Barak Itzhaki (23 ans, Beitar Jerusalem) est, pour Reynders, "la solution rêvée et le premier choix."

Toama - qui a eu Itzhaki en ligne - a confié qu'il ne lui avait pas parlé d'un intérêt belge. Et des clubs espagnols sont sur sa piste.



© La Dernière Heure 2007