Football Gert Claessens atterrit à Genk pour aider le Racing à finir... deuxième

MEMBRUGGEN Gert Claessens est rentré tout exalté de Sankt Anton, la station autrichienne de sports d'hiver où il a peaufiné son retour professionnel dans le Limbourg: «Je suis impatient de relever le challenge, exaltant, que m'a lancé le Racing Genk. Grâce au club limbourgeois, je vais peut-être assouvir enfin une ambition qui me taraude depuis longtemps: participer, moi aussi, à une Ligue des Champions!»

L'ex-médian gauche international du FC Liégeois, puis du Club Bruges savait, depuis quelques semaines déjà, qu'il allait quitter Vitesse Arnhem, le club hollandais qui avait pourtant prolongé son contrat jusqu'en 2006: «J'étais devenu une charge insupportable pour lui sur le plan financier. En principe, je devais rejoindre à Lokeren Franky Van der Elst, qui avait été mon équipier à Bruges. Je vous avoue que je m'en réjouissais, d'autant que le contrat que m'avait proposé le club de Daknam était particulièrement alléchant. Mais, dans le football moderne, il existe de plus en plus de paramètres qu'un joueur ne maîtrise plus. Alors que j'allais signer à Lokeren, les dirigeants de Vitesse m'ont avisé que Genk avait manifesté, soudain, un vif intérêt pour ma personne. Ils m'ont alors demandé de patienter...»

Gert Claessens a refermé sans amertume le chapitre Arnhem: «Je n'étais plus tout à fait en symbiose avec le club. Ses dirigeants m'avaient reproché une petite série de prestations en mineur. Ils n'avaient pas tort. Ils avaient simplement oublié que j'avais continué à jouer alors que je traînais quelques petites blessures. Ils les imputaient aux trajets en voiture que je m'imposais pour me rendre à l'entraînement. Ils insistaient même pour que j'aille habiter à Arnhem. J'ai contesté leurs déductions dans la mesure où, pendant près de trois ans, je n'avais pratiquement pas subi le moindre pépin physique. Quand j'ai été rétabli, j'ai recommencé à bien jouer. Mais le climat de confiance entre le club et moi s'était troublé...»

Dans la transaction, Vitesse Arnhem a récupéré Janssen, qu'il n'avait pas vraiment remplacé: «Je viens à Genk pour insuffler de l'expérience à l'équipe, assure le médian. Sef Vergoossen m'a déjà expliqué ce qu'il attendait de moi. Il projette de m'aligner dans une position centrale, à côté de Bernd Thijs. J'aurai pour mission de m'engager résolument en profondeur chaque fois qu'une situation de jeu m'y incitera. Cette perspective me ravit totalement.»

Gert Claessens ne devra pas déménager: le Fenix Stadion n'est distant de son domicile que de trente kilomètres.

© Les Sports 2004