Football Geert De Vlieger est toujoursà Willem II

TILBURG Il rêvait d'un grand club et d'un transfert juteux, et il est toujours à Willem II. Sans le brassard de capitaine, mais avec la vareuse numéro 1, celle de titulaire. Geert De Vlieger, avant de s'envoler vers Kumamoto, nous avait dit qu'il voulait changer de club et, à 30 ans, vivre une nouvelle expérience, plus en rapport avec ses ambitions d'international.

Aujourd'hui, il est toujours à la case départ et a donc joué, samedi, contre Anderlecht, dans un match organisé dans le cadre... de son transfert. `Le marché est ce qu'il est. Quand je me plains, je pense aux nombreux joueurs, et non des moindres, qui sont en fin de contrat et qui restent sur le carreau. De mon côté, j'avais trouvé un accord avec le Standard, mais Willem II a demandé plus de deux millions d'euros et à Sclessin, on a logiquement reculé.´

Depuis, De Vlieger a discuté avec son club pour que celui-ci fasse un effort et n'emprisonne pas son gardien dans un système où personne ne sortira gagnant. `J'entame mon avant-dernière année de contrat. Si Willem II veut encore faire des affaires avec moi, c'est maintenant. Je comprends que la direction ne veut pas me brader, mais on doit trouver un juste milieu.´

Aujourd'hui, même s'il n'a pas une offre concrète sur la table, De Vlieger croit toujours à son étoile. `Tout pourrait encore bouger au mois d'août, même si pour un gardien, la situation est peut-être plus difficile que pour un joueur de champ. Cela ne m'empêche pas de dormir, mais je pense encore que je pourrais changer de club dans les prochaines semaines. On verra...´

En attendant, Geert n'est pas du genre à jouer l'obstruction. Bien au contraire. `J'ai même écourté mes vacances parce que les deux autres gardiens étaient blessés! Je suis revenu dare-dare pour jouer l'Intertoto, dès le premier tour, contre Saint-Gall, quasi sans entraînement. J'ai ensuite pris congé... en semaine tout en jouant le week-end. Depuis deux semaines, je suis à nouveau complètement dans le coup. Et même si ma situation est un peu compliquée, j'ai tout intérêt à rester en forme et à donner le meilleur de moi-même. Je n'ai pas envie de perdre ma place ici, ni en équipe nationale, ce n'améliorerait pas les choses.´

Décidément, la vie ne sera jamais un long fleuve tranquille pour De Vlieger.

© Les Sports 2002