Football

Wilfried Meert, organisateur du Memorial Van Damme, remarque "beaucoup de volonté de trouver une solution pour le stade Roi Baudouin", le traditionnel écrin bruxellois du meeting de clôture de la Diamond League. 

"Nous avons rencontré les parties impliquées dans une ambiance constructive, et nous nous remettons autour d'une table avec tout le monde le mois prochain", a précisé la cheville ouvrière du meeting, dont l'avenir est menacé par les projets de construction d'un nouveau stade, sans piste d'athlétisme, sur un des parkings du Heysel ainsi que par la volonté des autorités de totalement remodeler le site. Ces propos sont pour le moins surprenants, la Ville et la Région ayant assuré l'année dernière qu'on "ne négociait pas au sujet de l'avenir du stade Roi Baudouin, parce qu'il n'a pas sa place dans le développement du quartier".

"Ils n'ont certainement pas changé complètement d'avis", nuance Cédric Van Branteghem, assistant de Wilfried Meert. "Chacun a senti que nous devions enterrer la hache de guerre, sinon aucune solution n'était possible. Le politique ne veut pas perdre le Memorial, on peut le sentir. Nous ne voulons pas perdre notre stade. Lentement, nous nous rapprochons".

Il n'est pas encore question de plans concrets. Un groupe de travail doit travailler aux solutions potentielles. Ce groupe de travaille "rassemble toutes les parties impliquées: la Ville, les différentes régions, la fédération d'athlétisme, le COIB et le Memorial Van Damme". "Jusqu'à maintenant, il n'y a pas eu assez de recherche au sujet des solutions possibles: une rénovation du stade existant ou un déménagement vers un autre site, qui est toujours une des pistes. L'option que nous préférons est bien sûr le maintien du stade Roi Baudouin, avec une rénovation et un focus sur l'athlétisme. Si l'Eurostade est construit et qu'un club y joue à plein temps, on aura de toute manière besoin d'un deuxième stade pour l'athlétisme et les autres sports, ou même des événements récréatifs".