Football

À l’image de Xabi Alonso, les Madrilènes étaient KO debout après cette déroute

BARCELONE Cinq buts, 67 % de possession de balle, Barcelone a surclassé le Real Madrid.

Au coup de sifflet final, Xabi Alonso était encore sous le choc. “On ne s’attendait pas à ça” , avoue le Basque du Real qui a tenu à relativiser l’exclusion de son partenaire Sergio Ramos dans les derniers instants pour un tacle rugueux sur LionelMessi “ces choses peuvent arriver comme ça, à chaud”.

“Il reste beaucoup de matches, le championnat n’est pas encore terminé. Ils ont rapidement fait la différence en ouvrant vite le score. Nous devons tirer des leçons de nos erreurs” , analyse le médian.

Plus loin, David Villa, son compère en sélection, n’a pas cherché à masquer son bonheur. Pour son premier clasico , l’attaquant s’est offert un doublé et savoure. “Il était très important de gagner. Aller de l’avant a été notre fil conducteur. Ce soir, il y a tout, le résultat, la manière… Mieux, c’est difficilement envisageable” .

El Guaje refuse pour autant de tirer trop de plans sur la comète. “Nous avons deux points d’avance. Nous devons continuer à travailler, nous ne sommes qu’en novembre. Nous avons l’avantage mais il faut continuer à enchaîner les victoires” .

Alors que le directeur sportif madrilène Jorge Valdano a fait état de sa “déception” tout en insistant sur le fait que “le score ne reflète pas la différence entre les deux équipes” , José Mourinho l’a joué profil bas. Pour la première fois de sa carrière, le Portugais a vu l’équipe qu’il entraîne encaissé cinq buts. “Nous avons très mal. Tout simplement”; a-t-il jugé. “Nous n’avons rien proposé dans le jeu aujourd’hui. Mais nous n’avons que deux points de retard sur le leader. Pas vingt, il faut continuer à travailler” Travailler pour évacuer au plus vite le traumatisme né de cette lourde défaite.



© La Dernière Heure 2010