Football

Il est mort, hier, à 71 ans, d’un cancer généralisé

WIHOGNE Yves Baré est décédé, hier, à son domicile de Wihogne. Ce n’est, hélas ! pas une surprise : le cancer contre lequel il luttait courageusement depuis de nombreux mois a eu raison de sa détermination. Il était né le 28 octobre 1938 dans le village où il est décédé.

On peut dire qu’Yves a connu une carrière exemplaire, sans esbroufe, un parcours de véritable pro avant l’heure.

Comme joueur, il ne fut quasiment fidèle qu’à un seul club, le FC Liégeois, même si, en fin de carrière, il fit un passage au Beerschot qui remporta la Coupe de Belgique, avec Lothar Emmerich et Roger Claessen.

Il fut un pion majeur de la dernière grande époque du FC Liégeois, qui rata le titre de peu, mais livra de nombreux internationaux, avec, outre Baré, Guy Delhasse, Emile Lejeune, Victor Wegria, Gérard et Albert Sulon, et Jean-Marie Letawe. Rien que des Liégeois !

Comme Diable Rouge, Yves connut des débuts fracassants. Aux côtés, notamment, des Paul Van Himst, Laurent Verbist et Roger Claessen, il fit partie de l’équipe qui, la même année, battit la France 3-0, deux fois les Pays-Bas (4-0 et 3-1) et le Portugal (0-1).

Aligné à sa place d’arrière droit, il fut, pendant deux ans, le réserviste de Georges Heylens, à l’époque de l’Anderlechtisation du football belge qui vit, simultanément, onze Mauves dans l’équipe belge de 1964 ! Barré (sans jeu de mot) à droite par Heylens, il revint comme titulaire indiscutable à l’arrière gauche. Il fut sélectionné à 21 reprises en équipe nationale.

Comme entraîneur, il dirigea le Patro Eisden, le FC Liégeois et, surtout, Seraing, qu’il fit monter en première division, mais c’est, surtout, comme manager qu’il réussit sa reconversion en ayant plusieurs internationaux dans son écurie, comme Deflandre, Thijs, Englebert, Simons, Van Damme, Gillet ou Sonck.

Ses funérailles auront lieu à Wihogne, samedi à 10h30.



© La Dernière Heure 2010