Football Pas sélectionné, le Croate peut se chercher un nouveau club

MOUSCRON Dans le noyau qui se déplacera ce soir à Anvers, Lorenzo Staelens a volontairement biffé le nom de Zoran Ban. Privé de match ce week-end, l'attaquant croate a obtenu un entretien avec son entraîneur. Son issue semble ne guère lui laisser d'espoir.

`J'ai discuté avec le trio d'entraîneurs, avouait hier après-midi l'ancien attaquant de la Juventus. Il a émis deux reproches: j'aurais fait des choses qu'il n'a pas apprécié après le match contre La Gantoise (NdlR: ne pas saluer le kop après le match?) et mon comportement à l'entraînement ne serait pas en rapport avec ses attentes. Je ne suis pas d'accord avec mes coaches. Depuis le début de la préparation, j'estime m'être toujours donné à fond pour mériter ma place. Ce n'est pas leur avis...´

L'avenir de Zoran Ban ne semble plus se situer le long de la frontière franco-belge: `Dans leur esprit, je suis le cinquième attaquant du club. Et je suis invité à me trouver un autre employeur. Mais il ne me reste qu'une semaine avant la clôture des transferts, cela me semble difficile, d'autant que je ne joue pas. Qui voudra d'un Ban qui ne joue pas?´

`Chypre? Non merci...´

Pourtant, peu avant les trois coups du championnat au Standard, Zoran Ban a décliné une offre: `Un club cypriote (NdlR: Omonia Nicosie) s'est manifesté. Mes dirigeants étaient d'accord de me prêter un an, mais je devais partir dès le... lendemain. Impossible. Un transfert ne se réalise pas en cinq minutes. J'avais besoin de réfléchir, je ne voulais pas partir dans l'inconnu. J'ai une famille, deux enfants scolarisés, leur avis et leur avenir comptent. J'ai téléphoné à un ami qui vit à Chypre. Il m'a dit: si tu viens ici, c'est la fin de ta carrière!´

L'ancien buteur de la Juve, Belenenses, Boavista et Pescara espère que le climat ne s'envenimera pas au point de devoir s'entraîner avec le noyau B, comme Mitrovic et Crv: `Aucune des deux parties n'a intérêt à pareille issue. J'ai encore deux ans de contrat à Mouscron, et je dois penser à ma famille. Si l'on veut me vendre, il vaut mieux que je fasse encore parler de moi. J'espère simplement qu'on restera correct. Je mérite le respect. J'accepte d'être considéré comme le cinquième attaquant du noyau, mais je suis prêt à tenter de regagner la confiance du coach par mon travail à l'entraînement, pour lui prouver que je peux lui être utile. J'ai marqué 42 buts dans le championnat belge, en 104 rencontres. Ce n'est pas si mal... Alors, je mérite le respect. Je ne suis plus un gamin.´

Le second mariage de Zoran avec l'Excelsior aura été nettement plus ténébreux que le premier: `Si j'ai une bonne opportunité, je partirai, et tout le monde sera content. Mais seulement si je trouve un club où ma situation sera meilleure ou tout au moins égale à celle qui est mienne à Mouscron...´

© Les Sports 2002