Hockey

Il n'a presque rien manqué aux Belges pour aller au bout de leur rêve.

Avant que les Belges et les Autrichiens ne montent sur le ring de la finale, les supporters se sont régalés devant le suspense de la petite finale qui opposait les Allemands et les Polonais. La Mannschaft l'a emporté 8-9 avec un terrain sans gardien durant près de 10 minutes.

Il était 14h04 quand l'Arena s'est enflammée. Les Red Lions venaient de découvrir que le public avait massivement rejoint Anvers pour les encourager.

Sur une récupération de Dykmans, Plennevaux était le premier à entrer dans le cercle. Sans tir. L'arbitre brandissait déjà une carte après 2 minutes pour un contact sur Zimmer. Dykmans manquait le cadre. A la 5e minute, un tir croisé de P. Stanzl mystifiait la défense (0-1). L'Autriche doublait la mise via une belle combinaison de B. Stanzl. Eitenberger inscrivait déjà le 3e but à la 11e minute. Mimi évitait le 4e en remportant son duel contre Eitenberger. Les Belges ne trouvaient pas de solution et se repliaient en arrière. Uher et Zimmer en venaient aux mains et prenaient tous deux une jaune.

A la 16e minute, Pangrazio était le premier à se ménager une véritable occasion, mais son tir croisé filait du mauvais côté du poteau. Accroché, Degroote provoquait le premier pc du match. La combinaison de Vandiest faisait mouche à 2 secondes de la fin.

Jacob frôlait d'offir un 2e pc à la 22e minute. Les Belges osaient enfin jouer. Plennevaux entrait dans le cercle. Les duels étaient plus tendus. Le public sifflait les décisions des arbitres. Sur une déviation dos au but, Maraite trompait le gardien autrichien (2-3) à la 26e minute. L'Arena s'enflammait. Korper prenait une carte jaune car il n'était pas à 5 mètres. Degroote en profitait pour ramener la Belgique à 3-3. Vandiest touchait l'équerre. Maraite tentait aussi sa chance. Les Belges avaient pris le dessus, mais Schmidt sortait de nulle part pour marquer le 3-4. Jacob ne pouvait éviter un kick qui amenait le premier pc autrichien à la 35e minute. Zimmer l'interceptait et remontait le terrain avec Plennevaux qui égalisait à nouveau. Il restait 4 minutes interminables. A deux reprises, Vandiest était bien mis dans le cercle. Il ne pouvait armer une frappe. Les Reds ont dominé la fin de match. La décision se jouait donc sur les shoot out.

Les trois Belges désignés pour ce périlleux exercice : Plennevaux, Zimmer et Degroote.


Belgique – Autriche (SO : 1-2) 4-4

Belgique : Gucassoff ; Cornillie, Jacob, Zimmer, Dykmans, Plennevaux, Puis Degroote, Pangrazio, Pokorny, Maraite, Vandiest.

Autriche : Szymczyk ; Eitenberger, Korper, B. Stanzl, Steyrer, Hasun, Puis Uher, Schmidt, Unterkircher, P. Stanzl, Rudofsky

Carte verte : 2e B. Stanzl, 16e Uher

Cartes jaunes : 16e Zimmer, 28e Korper

Les buts : 5e P. Stanzl (0-1), 9e B. Stanzl (0-2), 11e Eitenberger (0-3), 20e Vandiest (1-3), 26e Maraite (2-3), 29e Degroote (3-3), 33e Schmidt (3-4), 35e Plennevaux (4-4)

Shoot out : Eitenberger (0-0), Degroote (1-0), Autriche (1-1), Zimmer (1-1), Korper (1-2), Plennevaux (1-2)


Les buts de la finale en video



Le coach belge Alexandre De Chaffoy ne peut cacher sa déception

Comme son homologue en extérieur quelques mois plus tôt à l'Euro d'Amsterdam, l'équipe nationale belge de hockey en salle n'a pas réussi à empocher le premier titre continental qui fait défaut dans le palmarès de la Belgique. Battus en finale aux shoot-outs par les vice-champions du monde autrichiens, les Indoor Red Lions ne pouvaient masquer leur déception en descendant de la deuxième marche du podium de la Lotto Arena d'Anvers. "C'est sûr que c'est une déception d'être passé si près en finale d'un championnat d'Europe, ici devant notre public et contre l'une des meilleures équipes au monde", regrettait le coach belge Alexandre De Chaffoy. "Maintenant c'est sûr que l'on aurait signé à deux mains si l'on nous avait dit avant le tournoi que l'on se retrouverait dans cette position."

Menés 3-0 après 10 minutes de jeu, les Belges ont sans doute laissé échapper le titre en début de rencontre. "Il y a eu des petits détails qui ont fait la différence en première mi-temps. On n'était pas à 100% en défense et pas assez pro-actif, contrairement à samedi en phase de poules. On savait néanmoins que l'on avait les moyens de réagir en deuxième mi-temps. Ce qu'on a fait en emballant le match après le repos, ce qui nous a permis de revenir et garder le score jusqu'à la fin. Ensuite aux shoot-outs c'est plus un coup de poker. Je retiendrai surtout l'aspect sportif du parcours de notre équipe où l'on sort du tournoi sans perdre un match sur le terrain. Il faudra maintenant réfléchir à notre préparation pour la prochaine Coupe du monde de Berlin, parce qu'il sera important de tenir compte de ce qui s'est passé ici. Avoir le temps de recharger les batteries, tant physiquement que mentalement. Perdre une finale, cela laisse toujours des traces pendant quelques jours."