Hockey

Une journée de reprise est presque toujours piégeuse : le Watducks, privé de son gardien titulaire, en a fait l’amère expérience à l’Orée, qui a mené quatre fois à la marque. La quatrième fut la bonne. Des points en or pour les Woluwéens qui voient s’éloigner la zone rouge.

Cela ne coûte pas la 2e place aux Canards, mais ceux-ci voient le Racing (avec un super-Boon) revenir à leur hauteur et restent sous la menace de l’Héraklès : si rien ne change d’ici là, il suffirait aux Lierrois d’un succès à domicile contre le Léo pour atteindre une 2e place des plus surprenantes.

Le Léo, justement, qui menait 3-0 avec un hat-trick de Max Plennevaux (sa manière à lui de réagir à sa non-sélection en équipe nationale), a dû attendre la dernière seconde pour voir Arthur Verdussen lui offrir trois points. Qui lui permettent, en attendant mieux, de dépasser le Daring. Décidément, cet Herakles-Léo du 2 mars sent de plus en plus le soufre !

A l’arrière, les trois derniers ont perdu et s’enfoncent encore. L’Antwerp va au devant de deux matches capitaux, contre Louvain et le Braxgata.


Tom Boon était dans tous les bons coups

Si on fait abstraction du premier quart-temps, ce Racing - Daring ne ressemblait pas à un match de reprise. Les acteurs étaient déterminés, actifs et même agressifs. Les échanges ont été rudes. Quelques blessures sont répertoriées comme celle au poignet de Tanguy Cosyns à la 21e minute ( "Comme je ne sentais plus ma main, j’ai pensé qu’elle était cassée" , confiait-il avant de remonter 10 minutes plus tard sur le terrain) ou encore celle de Woods qui devait changer de maillot à la pause car il était plein de sang (nez). D’autres joueurs ne sont pas sortis, mais sont restés au tapis comme Uher.

Le match a tourné nettement à l’avantage du Racing grâce à un homme, Tom Boon. L’attaquant a été très efficace dans son exercice préféré, le pc. Sna a plus qu’un stick dans 4 des 5 buts ucclois. Le Racing a transformé 3 pc sur 5. Le Daring n’en a transformé que deux sur neuf.

(...)