Hockey Espagne - Belgique à 17h : les Red Lions terminent sans pression la phase de poule envoyé spécial aux Pays-Bas.

Victor Wegnez va rencontrer ce soir quelques-uns de ses amis espagnols, à commencer par Sergi Enrique qu’il a côtoyé au Daring. "Avant d’arriver ici, je craignais cette équipe faite de joueurs très forts techniquement, très vifs. Mais en les voyant évoluer face aux Pays-Bas où ils ont pris trois buts en jouant à 9, je me dis qu’ils ne sont pas aussi bien mentalement. Et contre l’Autriche, ils ont en plus perdu le fil de leur hockey. Donc, ce soir, nous serons clairement favoris et nous allons nous amuser."

Shane McLeod a tiré les enseignements de la rencontre face aux Pays-Bas. Wegnez y trouve son compte. "Tout le monde a joué en zone, ce qui fait qu’il y a eu beaucoup d’espace. Pour les Néerlandais, cela semble nouveau; nous sommes plus loin dans cette tactique. En un contre un, on aurait été battus. Mais ils ont eu beaucoup de pénétration dans notre cercle et il nous aura fallu fort défendre. Au milieu, on nous a demandé de plus oser; j’adore ça et je n’ai peur de personne."

Le jeune Wegnez n’est que depuis un an dans l’équipe et il occupe déjà une place importante dans le dispositif de McLeod. "Des gars comme Gus ou Arthur (Meurmans et De Sloover) n’ont pas mis plus de six mois pour s’intégrer. Chacun suit son rythme. Après un an, je pense être bien dans le rythme."

Quand on pense que le jeune Victor (aujourd’hui 1m74) n’avait pas été sélectionné chez les jeunes, on mesure ses progrès. "Quand je n’ai pas été repris, je me suis mis à faire des pompes et des abdos."

Wegnez est devenu un athlète à suivre.