Hockey

Il esquisse son légendaire sourire. John-John Dohmen n’est pas intimidé de recevoir le titre honorifique “de meilleur joueur de la planète” car il sait qu’il le mérite. Ancien Stick d’Or en 2009, le capitaine du Watducks n’a pas toujours été reconnu à sa juste mesure en Belgique. Il a toujours exercé son art dans l’ombre de la ligne offensive. Un attaquant capte aussi facilement la lumière qu’il n’empile les buts. “Au milieu, nous accélérons le jeu”, glisse cet habitant d’Ittre. Le grand public ne mesure pas toujours l’efficacité de la ligne médiane. Les entraîneurs ou les adversaires, quant à eux, apprécient comme il se doit le talent du numéro 7 des Red Lions. La FIH aussi.

Tout a commencé à l’avenue Dupuich. Le jeune John-John a suivi les membres de sa famille au Royal Léopold Club dès ses premiers pas. De fil en aiguille, il y a fait ses classes avant de filer étoffer sa galerie de trophées au Waterloo Ducks. “Au Léo, j’ai construit mon style de jeu : simple et efficace. Je suis parti par ambition. Au Watducks, l’équipe était jeune avec Luycx, Van Den Balck, Van Hove, De Saedeleer. Des gars talentueux. J’ai rejoint Waterloo en 2008 juste avant les Jeux de Pékin.”

S’il a remporté trois titres avec les Canards, il figurait déjà sur le terrain lors du premier sacre waterlootois. “Mais, je jouais de l’autre côté de la ligne médiane. Je ne regrette pas d’avoir changé de club, même si je respecte le Léo. Lors de ma première saison en équipe première, j’ai reçu un rôle ‘à l’ancienne’. Je devais empêcher le meilleur attaquant adverse de toucher la moindre balle.”

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.