Moteurs

Le clan Semoulin/Semspeed à la tête d'une importante délégation belge et l'armada Mercedes en guest star pour le retour du tour d'horloge spadois.

Depuis la disparition du BTCS fin 2011, le circuit de Spa-Francorchamps était privé d'une épreuve de 12 heures réservée aux voitures de tourisme. Les Hollandais de Creventic ont comblé ce manque en lançant un tour d'horloge dont la catégorie-reine est le TCR, mais aussi le GT4 qui a plus que jamais le vent en poupe. Mais la nouvelle épreuve s'éloigne de son aïeule en proposant une course... séparée en deux parties avec un 1er tronçon de 3H qui aura lieu ce samedi de 14h45 à 17h50 tandis que le 2e tronçon sera disputé de 9h00 à 17h55 dimanche. Une fois de plus, les moteurs devront se taire après 18 heures. Dommage, car on aurait plutôt préféré une vraie course de 12 heures qui aurait symboliquement eu lieu de midi à minuit.

Le succès fut néanmoins immédiat avec la présence de 48 voitures réparties en 5 classes. Et ce n'est pas tout. En plus de la kyrielle de Seat Leon TCR qui reçoivent un soutien de l'usine, Mercedes a pris ce tour d'horloge très au sérieux puisqu'elle a choisi d'y faire débuter deux exemplaires de sa toute nouvelle AMG-GT4 confiés à ses écuries-satellites HTP Motorsport et Black Falcon. L'étoile a d'emblée marqué son territoire puisqu'un certain Bernd Schneider, épaulé par Indy Dontje et Jorg Viebahn, a signé la pole position avec 2.8 secondes d'avance sur la concurrence. La 2e Mercedes, la n°2 d'Al Faisal-Toril-Toril-Christodoulou, partira 3e derrière la Seat Leon TCR de Breukers-Breukers.

Les troupes belges ont également répondu présent en nombre, qu'il s'agisse de pilotes ou d'équipes. Parmi les équipages incontournables du meeting, on retrouve la Peugeot 308 Semspeed de Benoit et François Semoulin, associés au jeune Anthony Lambert. Après un podium absolu et une victoire de classe aux 24H de Misano, la célèbre famille bien connue du sport auto belge a été reléguée dans la même catégorie que les GT4... alors que leur 308 dispose du plus petit moteur du plateau. Le trio Semoulin-Semoulin-Lambert partira depuis la 20e place (la 11e de classe), mais on devrait attendre du mieux de la part de la Peugeot n°226 pendant la course.

Mais il serait idiot d'oublier les autres forces noires-jaunes-rouges. Jurgen Smet s'élancera en 7e position sur la Seat Leon du team espagnol Monlau. 10e chrono pour Ward Sluys et Nick Geelen, associés au Hollandais Marco Poland, sur la BMW JR Motorsport. 27e temps absolu et 2e en CUP1 pour De Breucker-Dumarey-Gillion-Timmers (BMW M235i QSR), juste devant les deux béhemmes de JJ Motorsport qui sont confiées à des équipages bahreïnis et américains. 30e place (3e en A3) pour De Landsheere-Kluyskens-Vandekerckhove et leur inusable BMW Z3M.

Tom Boonen partira 36e au général et 6e en CUP1. L'ancien cycliste sera épaulé par Jimmy De Breucker, Rodrigue Gillion, Mario Timmers et Patrick Zeeuws. Egalement de la partie, la célèbre formation Motorsport International aligne une VW Golf TCR ex-Milo Racing pour Grégory Paisse, Paul Lejeune et Vincent Despriet. Après des qualifications compliquées achevées en 44e position, on s'attend à une grosse remontée de la belle allemande. Juste derrière, on retrouve la BMW 120d Heli Racing de van den Hove-Bradt-Christiaens.

Pour ceux qui n'auraient pas l'occasion de se rendre à Spa-Francorchamps, les 12 Heures pourront être suivies en live streaming sur le site web de Creventic... dans la seule langue de Shakespeare. N'hésitez donc pas à faire un crochet par le beau circuit du monde pour un meeting convivial à souhait.