Moteurs

Domination de la Toyota n°8 à l’issue de cette unique journée d’essais, même si les TS050 en ont gardé sous le pied…

Il n’y en a eu que pour la Toyota TS050 Hybrid n°8 ce dimanche avec un meilleur temps à l’issue des deux sessions de la Journée-Test des 24 Heures du Mans. Fernando Alonso, Kazuki Nakajima et Sébastien Buemi achèvent la journée au sommet de la feuille des chronos avec un temps en 3:19.066 et 106 tours couverts. C’est toutefois inférieur au 3:18.132 réalisé par Kamui Kobayashi lors du Test Day de l’an dernier. Et un gouffre par rapport au stratosphérique 3:14.791 signé par ce même Koba en qualifs il y a 12 mois.

Preuve que les Toy’ en ont gardé sous la pédale, c’est une Rebellion R-13 qui signe le 2e chrono, en l’occurrence la n°3 de Thomas Laurent, Mattias Beche et Gustavo Menezes qui se sera même payé le luxe de dominer éphémèrement la séance matinale. La LMP1 a concédé 614 millièmes sur la Toyota de pointe. Troisième chrono pour la Toyota n°7 de Kobayashi-Conway-Lopez (+ 0.942). André Lotterer et ses équipiers Neel Jani et Bruno Senna sont 4e mais à 2.278 sur la Rebellion R-13 n°1.

Les deux BR1-AER du SMP Racing terminent sur les talons de la Rebellion n°1, la n°11 de Jenson Button, Vitaly Petrov et Mikhail Aleshin devançant la n°17 de Sarrazin-Orudzhev-Isaakyan. On retrouve ensuite à l’ENSO CLM n°4 ByKolles de Dillmann-Webb-Kraihamer et la BR1-Gisbson n°10 Dragonspeed de Hanley-Hedman-Van der Zande. Sans surprise, il y a encore du boulot du côté des Ginetta-Mecachrome de l’équipe CEFC TRSM qui sont à 9 secondes de la tête. Les LMP1 anglaises ont été devancées par deux LMP2.

Plusieurs Oreca-Gibson se sont échangées le leadership au fil de la journée en LMP2. C’est finalement la n°31 de l’équipe Dragonspeed emmenée par Pastor Maldonado qui réalisait le meilleur chrono en 3:27.228. Le Vénézuélien a toutefois mis un terme abrupte à la journée en sortant au virage d’Indianapolis à une minute seulement du drapeau à damier !

Suivent l’Oreca n°48 IDEC Sport de Lafargue-Chatin-Rojas et la n°26 G-Drive Racing de Vergne-Pizzitola-Rusinov. Les Ligier sont en revanche larguées. La meilleure d’entre elles est la n°22 United Autosports de Hanson-Albuquerque-Di Resta. 14e chrono pour Juan Pablo Montoya sur la 2e voiture du United Autosport.

Les Ford GT avaient archi-dominé la séance du matin. Mais c’était sans compter sur un Patrick Pilet des grands jours qui a hissé la Porsche 911 RSR n°93 au sommet du GTE-Pro avec un temps en 3:52.551! La Porsche blanche précède la Porsche n°91 Rothmans de Bruni-Lieb-Lietz et les Ford de Priaulx-Tincknell-Kanaan (#67), Mücke-Pla-Johnson (#66), Hand-Müller-Bourdais (#68) et Westbrook-Briscoe-Dixon (#69).

Les Américaines sont en fait encerclées par les Porsche puisque la #92 Pink Pig de Laurens Vanthoor, Kevin Estre et Michael Christensen est 6e. La BMW M8 n°81 de Tomczyk-Castburg, la Ferrari 488 n°71 de Rigon-Bird-Molina et la Corvette n°64 de Fässler-Gavin-Milner complètent le Top 10. Profil bas en revanche chez Aston Martin. La Vantage n°97 de Maxime Martin et cie est à près de 5 secondes de la tête. Encore pire pour la voiture-sœur n°95 de Thiim-Sorensen-Turner qui est à plus de 7 secondes. Manque de performance ou sandbagging ? C’est en tous cas inquiétant…

Les meilleures GTE-Am ont même terminé devant les Aston Martin officielles. Meilleur temps en 3:55.970 pour la Porsche 911 n°77 Dempsey-Proton de Campbell-Ried-Andlauer devant la Ferrari 488 n°54 Spirit of Race de Flohr-Castelacci-Fisichella et la Ferrari 488 n°61 Clearwater Racing de Mok-Griffin-Sawa.