Moteurs

Les qualifications ont été marquées par deux drapeaux rouges provoqués par deux LMP1 privées.

LMP1 : Toyota devant Rebellion, comme prévu

Les premières minutes des qualifications réservées aux protos ont d’emblée réservé une surprise avec deux neutralisations. C’était d’abord la BR1 SMP Racing n°17 de Stéphane Sarrazin qui tombait en rade dans Kemmel. La superbe LMP1 russe n’allait pas repartir. Quelques instants plus tard, une autre BR1 a provoqué un grand frisson. Il s’agissait de la n°10 de l’équipe Dragonspeed, Pietro Fittipaldi allant percuter violemment le mur de pneus dans le Raidillon. La voiture médicale entrait immédiatement en piste pour venir au secours du jeune Brésilien. On attend des nouvelles rassurantes concernant le petit-fils du grand Emerson mais au sujet de la LMP1 blanche et bleue qui fut sévèrement endommagée.

Guère de surprise au sommet de la hiérarchie. Les Toyota TS050 Hybrid ont mis tout le monde d’accord. C’est la n°7 qui a dominé la séance de bout en bout grâce aux efforts de Mike Conway et Kamui Kobayashi dont le chrono moyen est de 1:54.583. C’est un dixième de seconde de mieux que l’an dernier. Autant dire que les Toy’ n’ont pas caché leur jeu. Deuxième temps pour la n°8 qui a été pilotée en qualifs par Fernando Alonso et Kazuki Nakajima, à 0.379 de la voiture-sœur.

Après la faillite de la BR1 Dragonspeed, la meilleure réplique des Toyota est venue des deux Rebellion. La n°1 d’André Lotterer, Neel Jani et Bruno Senna s’est montrée la plus véloce mais est à 1.842 de la Toyota de pointe. La n°3 de Thomas Laurent, Matthias Beche et Gustavo Menezes est 4e à 2.409. Le Top 5 est complété par l’unique BR1 rescapée, la n°11 SMP Racing de Mikhail Aleshin et Vitaly Petrov. Le protoype russe est à 3.664 de la pole position et précède l’ENSO CLM n°4 ByKolles de Webb-Kraihamer-Dillmann.

Comme on pouvait le craindre, les deux Ginetta-Mecachrome du CEFC TRSM n’ont pas fait le moindre tour. Cela sent très mauvais pour les protos britanniques, dont le bailleur de fonds chinois est actuellement incarcéré.


LMP2 : Du grand Lapierre met Alpine en pole

L’Oreca n°26 G-Drive Racing de Rusinov-Vergne-Pizzitola tenait le bon bout grâce à un excellent Jean-Eric Vergne. Mais Nicolas Lapierre a sorti le grand jeu pour réaliser le meilleur chrono en LMP2 au volant de l’Alpine n°36. Pierre Thiriet allait parachever le travail, le chrono moyen du proto bleu étant finalement de 2:02.405. G-Drive Racing n’échoue qu’à 24 petits millièmes de la pole position. Suivent les deux Oreca du Jackie Chan DC Racing, la n°38 de Tung-Aubry-Richelmi devançant la n°37 de Tan-Jaafar-Jeffri.

Après avoir marqué les essais libres de son empreinte, l’Oreca n°31 de Dragonspeed emmenée par Pastor Maldonado est rentrée dans le rang avec un 5e chrono plutôt médiocre. Comme espéré, la meilleure non-Oreca est la Dallara n°29 Racing Team Nederland de Lammers-Van Eerd-Van der Garde. Les dernières minutes de la séance ont été marquées par un accrochage cocasse entre l’Oreca n°31 Dragonspeed pilotée par Roberto Gonzalez et la Ligier n°50 Larbre Compétition pilotée par Romano Ricci, heureusement sans dommage.


GTE : Ford et Porsche atomisent la concurrence

Comme c’est le cas depuis le début des essais, les Ford GT et les Porsche 911 RSR sont clairement un cran au-dessus de leurs rivales en GTE. On a assisté à une démonstration des machines américaines avec une pole décrochée haut-la-main en GTE-Pro par la n°67 de Harry Tincknell, Andy Priaulx et Tony Kanaan en 2:12.947. A titre de comparaison, la pole de l’an dernier était de 2:15.017. La n°66 de Mücke-Pla-Johnson est 2e, à seulement 0.083. Les deux Porsche officielles complètent le Top 4 avec la n°91 de Bruni-Lietz devant la n°92 de Estre-Christensen. Les autres voitures sont au-delà de la seconde.

Le « Best of the rest » est la BMW M8 GTE n°82 de Blomqvist-Da Costa a réalisé le 5e chrono, à 1.070 de la Ford de pointe. Une petite surprise quand on connaît le pessimisme affiché par les troupes bavaroises avant ce week-end. Suivent les deux Ferrari 488 de Pier Guidi-Calado et de Bird-Rigon ainsi que l’Aston Martin n°97 de Maxime Martin, le plus rapide des pilotes de l’équipe de Gaydon. En GTE-Am, les Porsche ont réalisé une OPA avec 4 voitures aux 5 premières places. La 911 n°77 Dempsey-Proton de Ried-Andlauer-Campbell s’est montrée la plus rapide devant l’Aston Martin n°98 de Lauda-Lamy-Dalla Lana et la 911 n°56 Team Project1 de Bergmeister-Lindsey-Perfetti.

Le départ des 6 Heures de Spa-Francorchamps sera donné à 13h30 ce samedi.


Classement LMP : 1. Conway-Kobayashi-Lopez (GB-Jap-Arg – Toyota TS050 Hybrid) en 1:54.583 ; 2. Buemi-Alonso-Nakajima (Sui-Esp-Jap – Toyota TS050 Hybrid) à 0.379 ; 3. Jani-Lotterer-Senna (Sui-All-Bré – Rebelion R13-Gibson) à 1.842 ; 4. Laurent-Beche-Menezes (Fra-Sui-USA – Rebellion R13-Gibson) à 2.409 ; 5. Aleshin-Petrov (Rus-Rus – BR1-AER) à 3.664 … 8. Lapierre-Negrao-Thiriet (Fra-Bré-Fra – Alpine A470-Gibson) à 7.822 ; 9. Rusinov-Vergne-Pizzitola (Rus-Fra-Fra – Oreca 07-Gibson) à 7.846 ; 10. Tung-Aubry-Richelmi (Chi-Fra-MC – Oreca 07-Gibson) à 8.241 ; etc.


Classement GTE : 1. Tincknell-Priaulx-Kanaan (GB-GB-Bré – Ford GT) en 2:12.947 ; 2. Mücke-Pla-Johnson (All-Fra-USA – Ford GT) à 0.083 ; 3. Bruni-Lietz (Ita-Aut – Porsche 911 RSR) à 0.087 ; 4. Estre-Christensen (Fra-Dan – Porsche 911 RSR) à 0.405 ; 5. Blomqvist-Da Costa (GB-Bré – BMW M8 GTE) à 1.070 … 11. Ried-Andlauer-Campbell (All-Fra-Aus – Porsche 911 RSR) à 3.410 ; 12. Lauda-Lamy-Dalla Lana (Aut-Por-Can – Aston Martin Vantage GTE) à 3.690 ; 13. Bergmeister-Lindsey-Perfetti (All-USA-Nor – Porsche 911 RSR) à 3.690 ; etc.