Moteurs

Disputant la Coupe du Monde KF2, plusieurs Belges s'en sont tirés avec les honneurs

MARIEMBOURG Comme les GP2 sont moins médiatiques que la Formule 1, la Coupe du Monde KF2 disputée en marge du Championnat du Monde de Karting a bénéficié de moins de retombées. Et pourtant, certaines performances belges méritent assurément l'attention. Si l'histoire retiendra que c'est un de nos compatriotes qui l'a emporté, les connaisseurs n'oublieront pas que Michael Ryall est avant tout britannique. S'il roule sous licence belge, c'est parce qu'il habite sur la piste de Genk, où il est employé par l'équipe GKS de la famille Lemmens...

Dès lors, la vraie performance belge est à mettre à l'actif de Gilles Debrauwere. Impressionnant d'ai- sance pour sa première course à ce niveau, le pilote de Lennik a lutté sans complexe face aux meilleurs espoirs du monde. Sa 6e place finale a de quoi impressionner. "Mon objectif était de rentrer dans le Top 20 , explique Gilles. Je ne m'attendais vraiment pas à pouvoir terminer si bien. Quand on voit à quel point les écarts sont minimes... Je me suis appliqué à progresser tout au long du week-end, chercher où je pouvais m'améliorer. J'ai l'impression d'avoir encore beaucoup appris ! Et je suis bien sûr super content du résultat final ! "

Occasion manquée pour Luka

Le Bruxellois Sami Luka aurait peut-être pu prétendre à une place dans le Top 5 ... "Hélas ! Je me suis fait accrocher au premier virage, explique le Champion de Belgique. Quand je suis reparti, j'étais 30e. En attaquant au maximum, je suis remonté à la 13e place, à moins de 4 secondes de Gilles, qui termine 6e. Je signe au passage le meilleur tour en course et j'ai prouvé que le rythme est là. Mais c'est dommage que le résultat ne montre pas notre niveau de performance."

L'autre bonne surprise belge est venue du Hutois Ronnie Latinne, qui a eu l'impression de vivre un rêve éveillé tout le week-end. "C'est vraiment magique de disputer une telle course, nous confiait le vice-champion de Belgique. Les installations des usines, le public qui entoure tout le circuit, 58 pilotes en une seconde aux essais... C'est un autre monde ! Je suis donc très heureux d'avoir pu atteindre le cap de la finale et d'être rentré dans le Top 15. Sans l'accrochage du premier tour, peut-être aurais-je pu finir dans les 10... Mais bon, je ne vais certainement pas me plaindre !"

D'autres, effectivement, ont eu moins de chance. Egalement qualifiés pour la finale, Laurens Vanthoor, Yannick de Brabander et Mardin Benjamin furent aussi victimes du carambolage du départ. Mais pour eux, le Mondial s'est arrêté là...



© La Dernière Heure 2007