Moteurs

Le petit Dries veut imposer la R8 WRT deux ans après son grand frère.

Alors que son grand frère Laurens préparait les 24H de Daytona le week-end dernier en Floride, Dries Vanthoor prendra, ce vendredi à 11h chez nous, le départ des 24 Heures de Dubai, traditionnelle course d’ouverture de la saison.

Promu pilote officiel Audi durant l’hiver, le cadet de la famille a pour objectif de faire aussi bien que le frangin, vainqueur il y a deux ans déjà (et seul Belge à s’être déjà imposé aux Emirats) sur une R8 LMS de l’équipe montoise WRT. Le pilote de Zolder sera épaulé par un autre pilote usine Audi, l’Allemand Christopher Mies, ainsi que par le Néerlandais Michael Vergers et le Saoudien Mohammed Bin Saud al Saud.

Avec 93 équipages engagés, le dépaysant double tour d’horloge des Emirats fait toujours recette. La première édition en 2006 avec été remportée par la BMW M3 d’un certain Toto Wolff. Et en douze ans, le succès n’a jamais échappé à l’une des quatre grandes marques allemandes.

Cette année encore

, même si l’on compte au départ une Corvette, une Ford GT (avec Nico Verdonck) et la Lamborghini Huracan Grasser des champions Blancpain Bortolotti-Engelhart, la victoire ne devrait pas échapper à une Porsche, une Audi ou une des Mercedes SLS majoritaires en GT3.

Comme depuis le début des aventures de Creventic (l’organisateur néerlandais), les Belges sont encore présents en nombre. Outre Dries Vanthoor et Nico Verdonck dans la catégorie de pointe, on recense treize autres pilotes de chez nous. Avec Nicolas Saelens sur la 991 Cup du Gulf Racing Japan, le trio Pâque-Gérôme-Kelders sur une 991 Speedlover, Raphaël van der Straten et ses potes José Close et Grégory Paisse sur la Marc Focus V8, Vincent Radermecker et le jeune Anthony Lambert sur des Audi RS3 TCR et enfin la BMW 235i QSR Racing Schoolde Jimmy de Breucker, Mario Timmers, Rodrigue Gillion et un certain Tom Boonen.