Moteurs

Vraiment pas bon signe pour la suite de la saison de Stoffel Vandoorne...

Moteur qui surchauffe, train arrière à changer, manque de vitesse de pointe, et si toutes les rumeurs circulant lors des essais d'avant saison à Barcelone, formellement démenties bien sûr, étaient finalement fondées ? Après nous avoir dit qu'ils avaient « un des meilleurs châssis » l'an dernier, puis avoir affirmé qu'ils étaient « fin prêts » pour le début de saison en Australie, les dirigeants de McLaren ont vite dû changer leur discours en constatant le manque flagrant de performances de leur monoplace. Mettez Sirotkin et Stroll à leur volant et elles écumeraient les fonds de grille et queue de peloton. Grâce à deux excellents pilotes, ils limitent les dégâts mais la MCL33 n'est clairement pas une F1 performante ni bien née.

Alors, depuis Bahreïn, on nous raconte que la bonne version 2018 n'apparaîtra qu'en Espagne, à Barcelone dans deux semaines, qu'ils ont dû débuter la saison avec une « auto transitoire car la bonne version n'était pas prête ». Tiens, on nous aurait menti ?

Et puis maintenant, en arrivant à Bakou, on apprend que le directeur technique de l'écurie, Tim Goss, un gaillard de 55 ans ayant passé la moitié de sa vie à Woking (28 ans) est viré sur le champ. Pas bon signe cela. Pourquoi ne pas attendre de voir ce que donne la « vraie » voiture attendue pour le prochain GP ? Saurait-on déjà en haut lieu que c'est un « four », qu'elle ne permettra pas plus de se qualifier facilement en Q3 et de viser la quatrième place constructeur comme annoncé en début de saison ? C'est en tout cas l'impression que cela donne.

Et l'on peut craindre avec cette annonce (on ignore encore le nom de son remplaçant) que tous les espoirs de McLaren soient déjà remis à 2019. Que la soi-disant nouvelle voiture n'est en fait déjà qu'une version B pour tenter de corriger les gros défauts (trop de traînée) de la version initiale.

Tout cela ne sent en tout cas pas très bon pour Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne. Et l'on peut redouter que d'autres têtes tombent encore dans les semaines ou mois qui suivent. Honda a porté le chapeau et la responsabilité du manque de résultats durant trois ans, mais il semblerait que le mal soit plus profond et pas seulement lié au motoriste. Qu'il n'y ait plus assez de compétences chez McLaren pour construire une monoplace au top. L'Américain Zack Brown ayant succédé à Ron Dennis à la tête de l'écurie n'a apporté au final que des garnitures, des effets de marketing (changement de nom, de couleur, participations d'Alonso à Indianapolis, à Daytona, au Mans) mais il n'a pas résolu le vrai problème de l'équipe ne tournant plus rond depuis quelques années déjà et le départ d'un certain Lewis Hamilton que tout le monde alors avait traité d'ingrat et de fou de lâcher ainsi sa « famille ». Aujourd'hui, on peut clairement affirmer qu'il a été visionnaire et a eu 100% raison...

On attendra encore quinze jours et l'Espagne avant de tirer un trait définitif sur les chances de voir McLaren renouer cette année avec son glorieux passé, mais le licenciement « avec effet immédiat » de Tim Goss est un message diminuant encore nos espoirs et ceux de notre compatriote qui doit certainement regretter amèrement aujourd'hui (mais il ne l'avouera évidemment jamais) d'avoir repoussé un jour un appel du pied de Red Bull et d'Helmut Markko.