Formule 1 Bas Leinders possède un contrat de 3e pilote pour toute la saison

MELBOURNE Cette fois, ils nous ont bien tous bluffés. Et ont su tenir le secret durant deux semaines. C'est, en effet, le lundi 16 février que Bas Leinders et son manager se sont rendus en Italie, à Faenza, siège de l'écurie Minardi, pour rencontrer Paul Stoddart et Paul Jordan, le patron de l'équipe et son assistant marketing.

«Cela s'est fait très vite après l'échec des négociations avec Jordan», explique le manager Marc Guiot, enfin joignable hier pour confirmer la nouvelle que nous vous annoncions en primeur mardi. «Dès qu'on a senti le ton changer et su que Glock possédait des valises nettement plus lourdes que la nôtre, nous avons pris contact avec Minardi. Bernie Ecclestone fut un précieux allié. Rien qu'en passant un coup de téléphone, il nous a ouvert les portes du team italien. Et après quelques heures de discussions, on est arrivé à un accord et on a signé deux contrats, l'un entre Bas et Minardi, l'autre entre l'écurie et ma société Belgium 1 GP. Dès qu'ils ont su que nous possédions une certaine somme d'argent, ils n'ont pas hésité vu le palmarès et l'expérience de Bas.»

C'est via les candidats hollandais (Albers et Coronel), dès lors restés à pied, que l'information a filtré. «Le deal prévoit la participation de Bas aux essais du vendredi des 18 GP,» poursuit un mentor qui aura bien mérité son RACB Award en fin d'année.

Tout cela avec quel argent? Quels partenaires? «Nous avons pu amorcer la pompe et payer la première traite grâce au soutien d'un sponsor d'origine russe. Pour les suivantes, on compte sur des sociétés belges à qui on ne demande désormais plus d'aider un Belge à monter en F 1 mais plutôt à y rester. On doit encore trouver quelques millions. Mais désormais, c'est du concret. On y est.»

Le rêve de Bas et de son manager est en train de se réaliser. Il a été officialisé ce matin à 5h (15h en Australie) lors de la présentation du team Minardi au grand complet. Avec la perspective de disputer le GP de Belgique fin août? «On n'en a pas encore parlé avec M. Stoddart, mais c'est notre objectif. Laissons d'abord à Bas le temps de s'intégrer dans l'équipe, de prouver ses capacités, ses qualités de metteur au point. Et de montrer qu'il peut aller plus vite que Bruni et Baumgartner. Après, on verra. Chaque chose en son temps. Tout est possible mais ne brûlons pas les étapes.»

Seul hic, en se levant ce matin à Melbourne, Bas a appris que sa superlicence a été refusée par la FIA. Ses débuts officiels en F 1 risquaient donc d'être reportés. Affaire à suivre, demain, avec le récit de notre envoyé spécial.

© Les Sports 2004