Formule 1 Flavio Briatore estime tout simplement que le Britannique est meilleur.

Contrainte à un double abandon en Autriche, accrochée en Angleterre, l’écurie Mercedes aborde ce week-end son GP à domicile l’esprit revanchard.

Alors que l’on franchira, dimanche à Hockenheim, le cap de la mi-saison de F1, les Argentés sont actuellement devancés dans les deux classements. Lewis Hamilton compte huit points de retard sur Vettel. Tandis que chez les constructeurs, la Scuderia mène avec 20 unités.

Dernier vainqueur en date, l’Allemand a donc le vent en poupe. Comme l’an dernier à pareille époque. Mais il sait que la tendance peut vite s’inverser… Seb aussi évolue ici à domicile et rêve de s’imposer dimanche devant son public. "Les écarts sont faibles. Cela s’annonce très serré, je vais tout donner pour tenter de signer la pole samedi, annonce Baby Schumi. Après il faut rester calme. Marquer régulièrement des gros points, ne pas commettre de fautes. Le championnat est encore long."

Accroché fautivement par Kimi Raikkonen il y a moins de deux semaines, Lewis Hamilton ne s’énerve pas. Le Britannique a accepté les excuses du Finlandais et présenté les siennes après avoir accusé à chaud Iceman de l’avoir fait exprès : "On dit parfois des bêtises, a-t-il reconnu avant de tourner la page Seb a gagné chez moi, je vais essayer de m’imposer chez lui."

Mercedes et Ferrari semblent plus proches que jamais depuis la nouvelle ère turbo. "La firme à l’étoile possède toujours le meilleur ensemble, mais elle est plus vulnérable que par le passé," estime Daniel Ricciardo, proche de prolonger pour deux ans chez Red Bull. Et risquant fort d’écoper d’une pénalité de 20 places sur la grille pour un changement de moteur anticipé afin d’être paré pour Budapest la semaine prochaine où les RB14 partiront avec la cote de favorites. "Si Mercedes et Hamilton sont actuellement derrière, c’est juste à cause de leur malchance lors des deux dernières courses," a déclaré à Italian Radio Mode l’ex-patron de Renault F1 Flavio Briatore, de retour d’exil dix ans après le scandale du crash volontaire de Piquet Jr à Singapour. "Mais je crois que Lewis rejoindra Fangio avant Sebastian. Tout simplement parce qu’il est meilleur. Il est à l’aise dans sa W09 et doit moins forcer son talent pour s’imposer."

Du côté des marques , le sacre devrait dépendre de seconds finlandais toujours en quête de leur premier succès 2018. Avec vingt unités d’avance, Ferrari serait bien stupide d’échanger les baquets de Charles Leclerc et de Kimi Raikkonen après la pause estivale. Sur les trois derniers GP, Raikko a rapporté 48 unités, soit deux de moins à peine que son équipier, cinq de plus que Lewis Hamilton et Max Verstappen. Avant, sans doute de faire confiance au jeune Monégasque, Ferrari a vraiment besoin de l’expérience du Nordique pour ne pas encore rentrer bredouille…