Formule 1

Le Français Pierre Gasly va piloter pour l'écurie autrichienne la saison prochaine, annonce cette dernière.

Le Français Pierre Gasly pilotera en 2019 la monoplace laissée libre par Daniel Ricciardo chez Red Bull, a annoncé lundi l'écurie de Formule 1. Gasly, 22 ans, a débuté en Formule 1 en septembre 2017 lors du Grand Prix de Malaisie au sein de Toro Rosso, l'écurie 'sœur' de Red Bull.

Le Français a disputé les cinq derniers Grand Prix de la saison 2017, convaincant Toro Rosso de lui confier un baquet pour 2018. Gasly a impressionné en 2018 pour sa première saison complète. Quatrième au Bahreïn, son meilleur résultat, il a obtenu deux autres top-dix cette saison, se classant septième à Monaco et sixième en Hongrie.

Gasly a été champion d'Europe en Formula Renault 2.0 en 2013 et champion de GP2 Series en 2016. "Depuis que Pierre a effectué ses débuts en Formule 1 avec Toro Rosso il y a moins d'un an, il a prouvé le talent indéniable que Red Bull a nourri depuis le début de sa carrière", a déclaré Christian Horner, le directeur de l'équipe. "Ses performances extraordinaires cette saison pour sa première saison en Formule 1 n'ont fait que renforcer sa réputation de l'un des jeunes pilotes les plus excitants du sport moteur, et nous attendons avec impatience que Pierre apporte sa vitesse, son habileté et son attitude à l'équipe en 2019."

Gasly aura pour équipier un autre jeune talent, le Néerlandais Max Verstappen, 20 ans. Le Français remplacera l'Australien Daniel Ricciardo, en partance pour Renault.

Il a en outre l'avantage de connaître le moteur Honda, qui le propulse cette saison chez Toro Rosso, et qui équipera l'an prochain les monoplaces de Red Bull.

"Rejoindre Red Bull Racing est un rêve qui se réalise"

"Rouler pour cette écurie était mon objectif depuis que j'ai rejoint le Red Bull Junior Driver Programme en 2013", a confié Gasly. "Cette opportunité incroyable est un nouveau pas en avant dans mon ambition de gagner des Grand Prix et de lutter pour le titre mondial. Red Bull n’a jamais quitté le haut du classement depuis 2009. Je veux prouver que je suis un pilote rapide et que quand je cours quelque part, c’est toujours pour me battre pour la meilleure position possible."

"Je suis conscient qu’on attend de moi des résultats", ajoute-t-il. "Je veux montrer à Christian Horner, Helmut Marko et Dietrich Mateschitz qu’ils ont eu raison de me faire confiance. Mais avant cela, je vais tout faire pour offrir les plus belles performances à Toro Rosso pour cette dernière partie de la saison. J’en profite pour remercier cette équipe qui m’a donné ma chance en me faisant débuter en Formule 1 et qui n’a cessé de me soutenir."

La collaboration avec ce diable de Verstappen promet d’être intéressante. Parfois considéré comme encore "trop tendre" par certains observateurs pour courir dans un top team, on est curieux de voir si le Normand aura les nerfs suffisamment bien accrochés pour ne pas se faire bouffer tout cru par le Batave.

Et qui piloterait donc pour Toro Rosso en 2019 ? Pas le jeune britannique Dan Ticktum, nouveau chouchou de Helmut Marko mais qui ne possède pas assez de points sur sa super-licence pour disputer un Grand Prix. Bien que décevant, Brendon Hartley repartirait pour un tour à Faenza.

A ses côtés, on pourrait retrouver Lando Norris si McLaren devait être contraint de le céder en échange du recrutement du directeur technique James Key mais aussi… Sébastien Buemi dont la rumeur d’un retour en grâce chez STR n’a cessé d’enfler dans le paddock des 6H WEC de Silverstone. Affaire à suivre…