Formule 1

En queue de peloton, le Belge estime qu’il a néanmoins passé une première journée "positive".

Dix-neuvième le matin, pas mieux l’après-midi alors que son équipier Fernando Alonso a signé le 6e meilleur chrono de la 2e séance libre, Stoffel Vandoorne tirait néanmoins un bilan « plutôt positif » de sa première journée en Azerbaïdjan: « Lors de la première séance, on n’a évalué les nouvelles pièces apportées ici et on n’a pas cherché à effectuer un chrono, » expliquait notre compatriote. « Puis dans l’après-midi, au moment de chausser les pneus ultra tendres, j’ai été piégé par le trafic et je n’ai pas pu améliorer le temps effectué avec les super tendres. Il faut dire que les gommes les plus performantes ne donnent un véritable gain que sur un tour. Mais il n’a pas été clair pour moi, au contraire de mon équipier qui a même eu la chance de bénéficier d’une aspiration. » De quoi signer une inattendue sixième performance: « Une bonne aspi dans la ligne droite peut vous faire gagner une demie seconde ici, » estime Stoffel qui risque de devoir tirer son équipier en Q2 comme ce fut le cas en Chine. « En résumé, on a gagné un peu en vitesse de pointe et en adhérence. Nous sommes assez satisfaits de notre travail. On est mieux que ce que pouvez lire sur les feuilles en ce qui me concerne. » Cela bouge aussi au sein de l’équipe avec le licenciement du directeur technique Tim Goss.

« Ce n’est pas vraiment à moi de commenter cela, mais je trouve que ce n’est pas une mauvaise chose de vouloir changer quand cela ne fonctionne pas. » Maintenant, il faut aussi avouer qu’un changement de directeur technique avant le 4e GP n’améliorera pas la situation - si le nouveau est meilleur!- avant 2019...