Formule 1

Le Danois s'en est pris à l'Espagnol après leur embrouille à la première chicane.

Kevin Magnussen et Fernando Alonso ont ruiné leur dernier tour en Q2 après s'être quasi accroché à la première chicane. Rappel des faits: Kevin Magnussen ralentit fort avant la Parabolica pour s'assurer d'avoir un tour clair. Mais du coup, Fernando Alonso revient dans son aspiration au point de le doubler en ligne droite (ce qui lui a valu la meilleure vitesse absolue sur la ligne de départ et en bout de ligne droite à 344 km/h). Au moment du freinage, le pilote McLaren est à gauche et le Danois à droite, à l'intérieur. Aucun ne veut céder et les deux pilotes s'arrêtent quasi à la sortie du virage en s'invectivant à la radio.

Sur la pitlane, Zak Brown (patron de McLaren) est d'abord allé trouver Gunther Steiner (Haas). Et tandis que les commissaires sportifs, après enquête, ont décidé de ne sanctionner aucun des deux pilotes, ces derniers se sont exprimés dans le paddock chacun rejetant, bien sûr, la faute sur l'autre.

Et le Danois n'y est pas allé avec le dos de cuillère:

"Ce qu'il a fait est juste stupide. Il a gagné des dixièmes en profitant de mon aspiration et m'a doublé en bout de ligne droite. Mais il croyait quoi? Que j'allais sacrifier mon tour rapide pour lui? Je préfère me pendre! Je sais qu'il se prend pour un dieu. Il croit que tous ses tours sont divins. C'est amusant. Il est venu me voir après la qualification et m'a ri à la figure. Un manque de respect total. J'ai hâte de le voir partir à la retraite. Tout le monde sait que c'est un opportuniste. Il essaie des trucs et cela ne marche pas. Il a fait cela avec plusieurs équipes."

Réponse d'Alonso aux attaques virulentes de Magnussen? "Il y a des pilotes en F1 et il y a les pilotes Haas (il égratigne au passage Romain Grosjean). Ils ont la 3e ou 4e meilleure voiture de la grille et ils se font sortir en Q2. Moi je ne serais de toute manière pas passé en Q3, je n'avais donc rien à perdre. Lui devait y être comme son équipier et il n'y est pas. Il aurait dû mieux regarder dans ses rétros. Il n'aurait pas dû m'offrir cette opportunité."

A la décharge de Fernando Alonso, difficile d'imaginer ce qu'il aurait pu faire d'autre à partir du moment où il s'est retrouvé aspiré par la Haas. Lever le pied pour ne pas le doubler? Freiner plus tôt pour le laisser passer? Dans ce cas de figure, il y aurait toujours eu un perdant. Et il est logique qu'ils aient tous les deux préférés qu'il y en ait deux. Perdu pour perdu, vous n'allez tout de même pas favoriser un pilote qui pourrait profiter de la situation pour vous précéder sur la grille. On s'en tiendra donc à la décision des commissaires sportifs: il s'agit d'un simple fait de "qualifications".

Cet après-midi à 15h10, le "dieu" Fernando Alonso s'élancera 13e sur la grille, juste derrière la Haas d'un certain Kevin Magnussen. Rendez-vous à la première chicane...