Formule 1 Le Belge 16e puis 19e des premiers essais libres à Budapest avec son ancien châssis.

Légère amélioration pour Stoffel Vandoorne ce vendredi en Hongrie où notre compatriote a retrouvé son ancien châssis utilisé jusqu’en Autriche. "Même si cela ne se traduit pas directement dans les résultats bruts, j’ai retrouvé une monoplace et un feeling normaux. Je peux à nouveau travailler normalement et faire évoluer mes réglages." 

Seizième ce matin, Stoffel a signé le dix-neuvième et avant-dernier chrono cet après-midi sans avoir toutefois pu terminer son tour rapide avec les gommes violettes les plus performantes suite à une spectaculaire pirouette. "J’ai mis une roue dans l’herbe en élargissant un peu trop ma trajectoire et je suis parti en tête-à-queue à haute vitesse. Heureusement je n’ai rien touché mais mon train de pneus était bon pour la poubelle," regrettait le Belge dès lors pointé à neuf dixièmes de son équipier Fernando Alonso. 

"On va encore travailler ce soir et demain, si tout va bien, l’écart sera nettement plus réduit. J’espère pouvoir accéder à nouveau à la Q2 et ne pas me qualifier trop loin du Top 10." Le moral semble un peu revenu même si "ce serait pas mal si mon ingénieur motoriste belge Guillaume De Ridder (notre compatriote, pilote de rallycross les week-ends travaille sur les moteurs Renault F1en semaine) m’apportait trente chevaux supplémentaire dans ses valises", a-t-il déclaré au micro de la RTBF.

Ce n’est toutefois pas de puissance dont manque essentiellement la McLaren aujourd’hui, mais bien d’un meilleur aérodynamisme. Après Honda l’an dernier, il serait bien de ne pas mettre en cause à nouveau son motoriste. Avec le même V6 Turbo, Red Bull fait dix fois mieux...