Formule 1

On a pulvérisé à nouveau le record officiel de la piste ce midi lors de la troisième et dernière séance d'essais libres en vue du GP d'Espagne de dimanche.

Et comme lors des EL2, c'est Lewis Hamilton qui a signé le meilleur chrono en 1.17.281, soit près de neuf dixièmes déjà plus vite que sa pole de l'an dernier. Le Britannique a devancé son équipier Valtteri Bottas d'à peine 13 millièmes. Cela s'annonce très serré entre les deux pilotes des « Flèches d'Argent ». Pour la première fois de l'année, les Ferrari semblent un peu en-dessous avec Sebastian Vettel troisième à 269 millièmes et Kimi Raikkonen quatrième à 3 dixièmes. Les nouvelles gommes apportées ici par Pirelli conviendraient-elles mieux aux Benz ?

Victimes de pas mal de souci de tenue de route depuis le début du week-end, les Red Bull de Daniel Ricciardo (5e à 7 dixièmes) et surtout de Max Verstappen (12e à 1.732) ne paraissent pas en mesure de se mêler à la lutte pour la pole, cet après-midi entre 15h et 16h. Du coup, ils ont plutôt continué à travailler pour la course.

Sixième et septième, à nouveau les meilleures derrière les trois gros teams, les deux Haas-Ferrari de Kevin Magnussen et Romain Grosjean (sorti pour la troisième fois de la piste en trois séances) confirment qu'il faudra compter avec elles pour la bataille pour la Q3.

Une lutte pour la 7e place théorique sur la grille s'annonçant serrée entre les Haas, les Renault, les McLaren-Renault(Sainz a devancé son compatriote Alonso de 64 millièmes pour le gain de la 8e place) et même les Toro-Rosso-Honda puisque Pierre Gasly clôturait le Top 10 à quatre centièmes à peine du « Matador ».

Quatorzième, Stoffel Vandoorne a rendu cette fois près de quatre dixièmes à son équipier. Un écart qu'il faudra essayer de diviser au moins par deux pour faire bonne figure cet après-midi et espérer se qualifier vers la 11e ou 12e place ce qui serait sans doute l'idéal sur le plan de la stratégie pneumatique pour le Belge.

Enfin, grosse frayeur en fin de séance pour Brendon Hartley. Sous pression, le Néo-Zélandais a explosé sa Toro Rosso en perdant le contrôle à l'entrée d'un virage à droite logiquement à fond. Le Néo-Zélandais a tapé violemment le mur de pneus contre lequel sa monoplace s'est désintégrée, le moteur se détachant du reste du châssis. Heureusement indemne, le pilote Toro Rosso ne participera pas à la séance qualificative et ses mécaniciens vont avoir beaucoup de travail pour remonter toute sa mécanique auteur d'un nouveau châssis.