Formule 1

Le Belge ne fait pas partie des candidats repris par l’écurie suisse, selon son team principal Fred Vasseur.

Alors que son avenir chez McLaren est loin d’être assuré, Stoffel Vandoorne a été évoqué à plusieurs reprises comme un potentiel candidat à un baquet chez Alfa Romeo Sauber F1 Team pour 2019.

Certaines sources imaginaient même que le Courtraisien remplacerait Marcus Ericsson pour les dernières courses de la saison en cours. Une rumeur d’autant plus plausible que le Belge a été champion 2015 de GP2 Series chez ART Grand Prix, l’équipe chère à Fred Vasseur, et dont le manager Alessandro Alunni Bravi est directeur de la compagnie oeuvrant derrière Sauber.

Mais la possibilité de voir Vandoorne défendre les couleurs de l’écurie suisse et du Biscione a été balayée d’un revers de la main par Vasseur qui a révélé que son ancien protégé n’est pas repris sur la short-list des pilotes pressentis pour conduire la monoplace helvète l’an prochain.

« Stoffel ne fait partie de nos options pour 2019 », a confié Vasseur à Autosport. « Nous sommes encore en plein coeur de la saison. Même si le marché des transferts s’agite beaucoup plus tôt en comparaison des années précédentes, nous devons rester calmes et prendre notre temps pour faire les bons choix. »

Le Français a par ailleurs réitéré sa confiance à Marcus Ericsson, le Suédois étant par ailleurs soutenu par les propriétaires de l’écurie de Hinwil, à savoir le consortium suédois Longbow Finance.

« Marcus réalise du très bon travail », ajoute-t-il. « En qualifications à Spa, il n’était qu’à un dixième de son équipier Charles Leclerc alors qu’il avait un souci mécanique. Il s’est également montré très solide dès le début du Grand Prix. La meilleure façon de conserver son volant en Formule 1 est de réaliser le meilleur travail possible. Et c’est ce que Marcus prouve actuellement. »

S’agit-il seulement d’un démenti formel ou d’un simple brouillage de pistes de la part de Vasseur ? En Formule 1, tout se dit et se contre-dit, et il n’est pas exclu que Vasseur tienne un tout autre discours d’ici quelques semaines au sujet de Vandoorne. Affaire à suivre…