Formule 1

Le Belge ramène miraculeusement deux points au terme d’un GP laborieux.

Modeste seizième sur la grille, Stoffel a pris un bon envol et pu profiter des divers incidents dans le premier tour pour pointer au 12e rang. Avant de perdre des positions au fil des tours… 

"On n’avait clairement pas un bon rythme aujourd’hui. On manquait trop de vitesse de pointe ce qui nous empêchait d’attaquer et même de se défendre", expliquait le Belge après le GP. On croirait réentendre le discours de l’an dernier, à l’époque du moteur Honda. Mais cette fois, il est pourtant propulsé par le moteur Renault qui a encore remporté le dernier GP de Chine. 

"Et puis j’ai commis plusieurs fautes, notamment un plat dans les pneus qui m’ a obligé à repasser une deuxième fois par les stands tôt dans le GP. A ce moment, j’avais perdu tout espoir de points." Notre compatriote naviguait en avant-dernière position, juste devant Ericsson, quand l’accrochage entre les Red Bull, la sortie de Grosjean et l’abandon de Bottas lui on ouvert miraculeusement la porte des points. 

"J’étais avant-dernier effectivement derrière la voiture de sécurité. Dès lors j’ai dit au team que je voulais rentrer juste avant la relance pour chausser des gommes ultra tendres neuves. C’était la bonne tactique. Je me suis retrouvé dernier mais grâce à des gommes à meilleure température j’ai pu dépasser deux trois voitures et aller chercher deux points. Une fin heureuse pour une course difficile. On manque toujours de compétitivité. Cela devrait aller mieux dans deux semaines en Espagne avec beaucoup d’évolutions attendues. Mais je préfère ne plus émettre de pronostic. On verra bien ce que cela donne…"