Formule 1

Le Belge roule à domicile dans les rues de Monaco où il s'est déjà imposé en 2015 en GP2. « J'espère réaliser un super truc ce week-end. »

Après quelques jours de détente en bonne compagnie « pour recharger les batteries », Stoffel Vandoorne, le teint halé, se sent prêt à réussir un exploit ce week-end sur le GP de Monaco.

« J'aime ce circuit en ville où les pilotes peuvent faire un peu plus la différence qu'ailleurs, » s'exclame notre compatriote. « C'est vraiment un week-end différent. Et pas seulement car on roule déjà le jeudi. On doit vraiment construire son week-end. Ne pas commettre de fautes lors des premiers essais libres. Boucler un maximum de tours et monter en puissance pour être prêt et délivrer un super tour en qualifications le samedi car tout le monde sait que la place sur la grille ici est déterminante. Il faut parfois mieux tourner que de chercher le dernier réglage car on a plus à gagner en pilotage, en confiance. Cette année, avec pour la première fois les nouveaux pneus hyper tendres, cela va aller encore plus vite. Cela va être mega et tous les records vont tomber. Je suis vraiment excité, impatient de prendre la piste. De monter vers Massenet, mon virage préféré, un gauche rapide qui se resserre sur une bosse où vous n'avez vraiment aucun droit à l'erreur. Le passage à la Piscine va être encore plus impressionnant. »

Au moment d'émettre un pronostic, Stoffel est un peu moins prudent que d'habitude. On sent qu'il a envie de marquer le coup. « J'espère pouvoir faire un super truc, signer un coup d'éclat. Bon, normalement les trois écuries de pointe seront toujours devant, mais nous étions déjà pas mal ici l'an dernier avec le moteur Honda même si ce c'est mal terminé au final (deux crashes pour Stoffel sur le week-end). On devrait être fort ici avec le Renault. L'an dernier je suis parti 9e et il n'y a pas de raison que je ne puisse pas faire aussi bien. »

Le pilote McLaren est bien remonté. Il sait qu'il a besoin d'un bon résultat. Et que Fernando Alonso reste une super référence ici en Principauté où l'Espagnol a déjà gagné à deux reprises. Et où Stoffel sera soutenu par sa petite amie Anna de Ferran, la fille du Brésilien Gil de Ferran, un ancien champion d'Indy et vainqueur des 500 Miles d'Indianapolis. « J'ai énormément de choses à faire ici en dehors de la piste. Il y a beaucoup d'événements auxquels je dois participer, dans un hôtel, sur un yacht, au paddock club. Mon planning est fort chargé. C'est certainement le GP le plus fatiguant, mais j'ai l'avantage de pouvoir dormir dans mon lit. »