Formule 1

Le Belge continue à positiver malgré une nouvelle déconvenue.

Un accrochage dans le 3e virage, une course à la dernière place à regarder dans ses rétroviseurs pour ne pas gêner les favoris lui prenant un tour et un abandon suite à un souci de boîte de vitesses à six tours du drapeau à damier, voilà résumé en trois points le triste GP d'Autriche de notre compatriote. Mais malgré toute la misère du monde, Stoffel reste digne, pro et positif.

« Ma course s'est pour ainsi dire achevée au troisième freinage, » expliquait notre compatriote après son retrait au 65e tour. « C'est juste un fait de course. On s'est retrouvé à trois de front dans cette épingle qui se resserre. Je n'ai rien pu faire pour éviter de toucher l'arrière d'une Toro Rosso. Mon aileron avant était cassé et j'ai dû rentrer au stand. »

Reparti juste devant le leader, il allait passer quelques tours au milieu des drapeaux bleus. « C'était très frustrant lors de la première partie de la course de ne pas pouvoir faire un tour normal. Je devais toujours m'écarter pour laisser passer quelqu'un. Après mon arrêt, c'est allé mieux. J'ai même doublé quelques voitures. Mes chronos en fin de course étaient plus compétitifs si on les compare avec ceux des voitures avec lesquelles on lutte habituellement. On doit vraiment encore travailler sur la qualification car en course on peut se défendre. Fernando en a apporté la preuve en terminant 8e après s'être élancé de la pitlane. Il y a donc tout de même du positif pour le team. C'est vraiment dommage de ne pas avoir pu profiter de cette opportunité car avec trois ou quatre des favoris out, j'aurais pu entrer dans le Top 10. »

Sauf que sa McLaren n'a elle non plus pas été fiable, le team lui demandant de rentrer au box à quelques rondes du finish pour ne pas trop endommager sa boîte de vitesses.

De nouvelles évolutions sont prévues pour la semaine prochaine à Silverstone où McLaren évoluera à domicile. Et où Stoffel avait signé, en 2017, l'une de ses meilleures prestations de la saison.